SharePoint
Aide
IRSN, Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire

Search our site :

ok

Contact us :

ok
En Fr

Enhancing Nuclear Safety


Research

Agenda of scientific events

Seminar : Radon et bâtiment : deux approches complémentaires d’aide à la gestion du risque.

DEI's seminars - 09/30/05 - Roselyne AMEON

Le radon est un gaz radioactif naturel omniprésent à la surface de la Terre. L’isotope 222, descendant du radium 226, est le plus présent dans l'atmosphère à cause de sa période radioactive suffisamment longue pour lui permettre de migrer dans les sols, depuis la roche qui lui a donné naissance, jusqu'à l'air libre. Par différents processus physiques, il migre du sol jusqu’à l’atmosphère et peut s’accumuler dans l’atmosphère plus confinée des bâtiments où l’homme passe la majeure partie de son temps. .
La gestion du risque lié à la présence du radon dans un bâtiment, première cause d’irradiation parmi les sources naturelles de rayonnements, est abordée, par l’IRSN et le CSTB, selon deux approches complémentaires qui sont respectivement :

  • la compréhension des mécanismes responsables de la pénétration et de l’accumulation du radon dans un bâtiment ;
  • la détermination et la mise au point de techniques de remédiation destinées à réduire les concentrations de radon.

Ces différentes approches se concrétisent par la réalisation d’études dans deux installations expérimentales.

Dans l’objectif de mieux appréhender les mécanismes gouvernant les concentrations de radon dans un bâtiment, l’IRSN a instrumenté une maison individuelle inhabitée, située sur une formation géologique uranifère bien caractérisée en Bretagne. L’instrumentation mise en œuvre dans cette maison, entre 2002 et 2005, a permis d’assurer un suivi en continu des paramètres permettant de caractériser les sources de radon (sol sous-jacent au bâtiment, atmosphère extérieure, matériaux de construction), la pénétration du radon dans le bâtiment (flux d’exhalation à l’interface sol/bâtiment (dalle et murs), pression différentielle au sous-sol de la maison, gradient thermique avec l’extérieur), l’accumulation du radon dans l’atmosphère intérieure (paramètres météorologiques, pression différentielle et gradient thermique aux trois niveaux de la maison). Les données acquises lors de la phase expérimentale du projet ont pour objet de tester la validité d’un code RADON2, dédié à l’étude des variations de l’activité volumique du radon dans l’atmosphère intérieure d’un bâtiment en fonction des facteurs évoqués précédemment.

Le CSTB possède une maison expérimentale, en région parisienne, conçue pour étudier les interactions entre la ventilation et la qualité d’air intérieure des bâtiments. Cette maison, à perméabilité variable, dispose de différents systèmes de ventilation. Son soubassement inclut notamment un Système de Dépressurisation des Sols (S.D.S.) pour l’étude de solutions contre la présence de radon dans les bâtiments. Le CSTB a également développé une chaîne de mesure permettant de réaliser des mises en dépression de soubassement qu’il a utilisé dans le cadre d’études pilotes afin de tester la faisabilité et de réaliser le dimensionnement des Systèmes de Dépressurisation des Sols pour les bâtiments existants. Le CSTB utilise et développe des modèles de thermo aéraulique du bâtiment pour l’étude de la ventilation et de la qualité d’air. Pour ce qui concerne le radon, des premiers travaux ont été réalisés pour prendre en compte dans ces modèles l’interaction aéraulique avec le sol sous-jacent le bâtiment.


Send Print

Close

Send to a friend

The information you provide in this page are single use only and will not be saved.
* Required fields

Recipient's email:*  

Sign with your name:* 

Type your email address:*   

Add a message :

Do you want to receive a copy of this email?

Send

Cancel

Close

WP_IMPRIMER_TITLE

WP_IMPRIMER_MESSAGE

Back

Ok