SharePoint
Aide
IRSN, Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire

Search our site :

ok

Contact us :

ok
En Fr

Enhancing Nuclear Safety


Research

Authorisation to Direct Research (HDR)

Dispersion des radionucléides dans les mers du nord-ouest de l’Europe : observations et modélisation


Pascal Bailly du Bois has defended his HDR on the 11th October 2013

in University of Rouen (France).

 


Jury
 
Mr Bruno Blanke, research supervisor in 'Laboratoire de Physique des Océans', reporter
Mr Dominique Boust, supervisor in Laboratory of radioecology Cherbourg-Octeville
Mr Philippe Jean-Baptiste, PhD in 'Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement' (CEA-LSCE), reporter
Mr Robert Lafite, Supervisor of 'UMR Morphodynamique Continentale et Côtière' in University of Rouen
Mr Pascal Lazure, research engineer in hydrodynamic modelling in IFREMER/DYNECO/PHYSED
Mr François Marin, professor in LOMC laboratory at University of Havre
Mr Pascal Morin, supervisor of Marine chemistry team UMR 7144, President of 'Commission Nationale de la Flotte Côtière et Responsable Scientifique de l’Institut Paul-Emile Victor (IPEV)', reporter
 

Abstract 
Les mesures de radiotraceurs solubles en mer ont permis d'améliorer la connaissance du déplacement des substances dissoutes dans les mers du Nord-Ouest de l'Europe, en particulier la Manche, la Mer du Nord, la Mer Celtique et la Mer d'Irlande. Il a ainsi été possible de réaliser des "photographies" de la répartition spatiale des radiotraceurs et du mélange des eaux de la Mer du Nord, de comparer les quantités de radionucléides mesurées et rejetées par les installations, d'évaluer les temps de transit et les flux des masses d'eaux. Les bilans réalisés ont permis de connaitre la proportion des radionucléides transférée depuis l'eau de mer vers les espèces vivantes et les sédiments et de mettre en évidence un déséquilibre pour le césium 137 en Manche. Un marquage des eaux de la Manche par les rejets de l'usine de Sellafield a ainsi été mis en évidence via la Mer Celtique. Les résultats obtenus ont été exploités pour valider des modèles hydrodynamiques de dispersion, en collaboration avec l'Ifremer. Cette validation a concerné d'abord les grandes échelles (Manche, Mer du Nord), pour s'affiner en s'approchant du principal émissaire de la Manche : l'usine de recyclage de combustibles nucléaires d'Areva-NC à La Hague. Des thématiques de plus en plus contraignantes ont été abordées pour les modèles en deux, puis en trois dimensions qui ont permis de couvrir les principales échelles de temps et d'espace concernées par l'océanographie côtière. La représentativité des modèles de dispersion étant démontrée pour l'eau de mer, ils ont été appliqués pour simuler les transferts des radionucléides vers les espèces vivantes et les sédiments. Un modèle de transport sédimentaire adapté à la dynamique de la Manche a été construit. Ces travaux se sont appuyés sur le développement d'instruments et de méthodes adaptés pour collecter et exploiter des données in-situ. Les domaines abordés ouvrent des perspectives de recherche dans le domaine de l'hydrodynamique, du transport sédimentaire et de la connaissance des transferts de polluants au sein de l'écosystème marin. Des outils opérationnels peuvent également en bénéficier.


Close

Send to a friend

The information you provide in this page are single use only and will not be saved.
* Required fields

Recipient's email:*  

Sign with your name:* 

Type your email address:*   

Add a message :

Do you want to receive a copy of this email?

Send

Cancel

Close

WP_IMPRIMER_TITLE

WP_IMPRIMER_MESSAGE

Back

Ok