SharePoint
Aide
IRSN, Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire

Search our site :

ok

Contact us :

ok
En Fr

Enhancing Nuclear Safety


Research

Publications

Etude du risque de cancer de la thyroïde lié à l'accident de Tchernobyl en France

Congrès SFRP / Tours (France), 19-21 juin 2001

Summary

L'analyse des données disponibles dans les registres de cancer met en évidence une augmentation de l'incidence du cancer de la thyroïde dans la population générale française depuis plus de vingt ans. Bien que cette augmentation soit constatée avant 1986, elle suscite des interrogations du public sur son lien avec l'accident de Tchernobyl. En réponse à une demande de la Direction Générale de la Santé, l'Institut de Protection et de Sûreté et Nucléaire et de l'Institut national de Veille Sanitaire ont mené une étude sur la pertinence et la faisabilité d'une étude épidémiologique sur ce sujet, en évaluant le risque potentiel de cancers de la thyroïde lié aux retombées de l'accident de Tchernobyl en France. Ce risque ainsi que le nombre de cancers de la thyroïde spontanés ont été estimés pour la population des sujets âgés de moins de 15 ans et résidant dans l'Est de la France au moment de l'accident de Tchernobyl. Les doses à la thyroïde pour cette population ont été estimées à partir de l'ensemble des données de contamination disponibles en France et le calcul de risque réalisé par différents modèles de risque en faisant l'hypothèse d'une relation dose-effet linéaire sans seuil. Sous cette hypothèse, le nombre de cancer de la thyroïde en excès serait compris entre 0,5 et 22 cas pour la période 1991-2000 (97 cas attendus spontanément) et entre 6,8 et 54,9 pour la période 1991-2015 (899 cas attendus spontanément). Les pourcentages en excès correspondants sont compris respectivement entre 0,5 et 22,7 % et entre 0,8 et 6,1 %. Les calculs de risque indiquent que l'augmentation des cancers de la thyroïde en France ne peut pas être imputable à l'accident de Tchernobyl. Par ailleurs, il est conclu qu'une étude épidémiologique pourrait difficilement mettre en évidence les excès de risque calculés dans cette étude. En revanche, il conviendrait d'étudier les conditions dans lesquelles la surveillance des cancers de la thyroïde en France pourrait être renforcée.
Send Print

Involved IRSN laboratory


Close

Send to a friend

The information you provide in this page are single use only and will not be saved.
* Required fields

Recipient's email:*  

Sign with your name:* 

Type your email address:*   

Add a message :

Do you want to receive a copy of this email?

Send

Cancel

Close

WP_IMPRIMER_TITLE

WP_IMPRIMER_MESSAGE

Back

Ok