SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

Toutes les actualités

Incident sur le réacteur n°2 de la Centrale nucléaire EDF du site de Tricastin le 6 novembre 2009

 09/11/2009

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

 

Dans la nuit du 5 au 6 novembre 2009, dans le cadre des opérations de renouvellement du combustible du réacteur n°2 de la centrale nucléaire EDF de Tricastin, un assemblage de combustible est resté accroché aux « équipements internes supérieurs » (EIS) pendant l’opération d’enlèvement de ces équipements. L’opération d’enlèvement a été immédiatement stoppée, et à titre préventif le bâtiment réacteur a été évacué et fermé vis-à-vis de l’extérieur.   

Une situation analogue s’est déjà produite à trois reprises sur le parc électronucléaire français, en particulier sur ce même réacteur en septembre 2008 (lire la note d’information du 8 septembre 2008). Les deux autres situations étaient survenues sur le réacteur n°1 de la centrale de Nogent en 1998 et plus récemment en août 2009, sur le réacteur n°1 de la centrale de Gravelines (lire la note d’information du 9 août 2009).  

Pour chaque situation, des dispositifs et outillages spécifiques avaient été mis en œuvre afin d’éviter la chute de l’assemblage de combustible et le récupérer sans l’endommager. Les opérations de récupérations s’étaient toutes déroulées avec succès.   

Quels dangers présente la situation ?   

Si l’assemblage de combustible venait à se décrocher, le risque encouru serait sa chute sur le cœur du réacteur et son éventuelle rupture qui entraînerait alors le relâchement de produits de fission dans l’eau de la piscine du bâtiment du réacteur, puis dans l’atmosphère de l’enceinte de confinement. Une fraction de la radioactivité pourrait ensuite être rejetée dans l’environnement.  

Dans cette hypothèse de chute de l’assemblage, avec rupture de cet assemblage et des assemblages avoisinant sur lesquels il chuterait, les évaluations de l’IRSN montrent que les conséquences radiologiques à l’extérieur du site seraient extrêmement faibles et très inférieures aux valeurs nécessitant des actions de protection de la population et de l’environnement.

 

  Le renouvellement du combustible
Dans le cadre des opérations de renouvellement périodique du combustible d’un réacteur nucléaire, le réacteur est arrêté, le circuit de refroidissement dépressurisé. Le couvercle de la cuve du réacteur est ensuite enlevé et la piscine du réacteur remplie d’eau borée.
   Les opérations de déchargement du combustible impliquent d’extraire de la cuve la structure constituant les « équipements internes supérieurs (EIS) » placés au dessus des assemblages du combustible. Cette opération est un préalable au déchargement des assemblages.
schéma de la cuve d'un réacteur

Avis et rapports
Avis aux autorités 16/10/2017 Nouveaux avis de l'IRSN de Septembre 2017
Avis aux autorités 02/10/2017 Avis de l'IRSN à l'ASN de Septembre 2017
Consulter tous les avis et rapports
En direct sur twitter
18/10/2017 - 11:31 @IRSNFrance #Radon, changeons d’air ! Claire Gréau, experte IRSN, et Mme Berton échangent sur travaux de remédiation @neosfair… https://t.co/jBhfuoyYOi
18/10/2017 - 11:23 @IRSNFrance RT @neosfair: Ce 18/10, animation d'un atelier sur le #radon. L'occasion de présenter les résultats obtenus dans une maison que nous avons…
18/10/2017 - 06:01 @suretenucleaire Jusqu'au 22 oct., inscrivez-vous ! EUROSAFE, le rendez-vous des organismes de sûreté nucléaire européens, à Paris.… https://t.co/ZuzmjSgLL4
S'abonner aux flux Twitter de l’IRSN
Base de connaissances