SharePoint
Aide

Toutes les actualités

L’IRSN publie son bilan de l’état radiologique de l’environnement français de 2011 à 2014

 06/01/2016

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

 

Dans le cadre de sa mission de surveillance de la radioactivité du territoire, l’IRSN publie son Bilan de l’état radiologique de l’environnement français sur la période 2011-2014.

 

Ce bilan rassemble et analyse l’ensemble des mesures effectuées entre juin 2011 et décembre 2014 par l’IRSN et les autres organismes membres du Réseau National de Mesures de la radioactivité de l’environnement (RNM) qui participent à la surveillance radiologique de l’environnement français (exploitants d’installations nucléaires, services de l’État et instituts publics, collectivités locales, associations et organismes privés).

 

Le bilan est complété par des évaluations de l’exposition de la population française aux rayonnements ionisants sur la base des mesures environnementales. Cet objectif fixé dans le Code la santé publique permet une mise en perspective la plus complète possible des mesures, allant de la source des radionucléides à leur impact sur l’homme.

 

Consulter le rapport en version feuilletable « Bilan de l’état radiologique de l’environnement français de juin 2011 à décembre 2014 »

 

Télécharger le PDF « Bilan de l’état radiologique de l’environnement français de juin 2011 à décembre 2014 » (PDF, 14,85 Mo)

 

 

Radioactivité d’origine naturelle et résiduelle due aux essais atmosphériques d’armes nucléaires et à l’accident de Tchernobyl


Le « bruit de fond » radiologique comprend la radioactivité d’origine naturelle (rayonnements tellurique et cosmique),  la rémanence des retombées des essais atmosphériques d’armes nucléaires entre 1945 et 1980 et les retombées de l’accident de Tchernobyl (Ukraine) de 1986.


Entre 2011 et 2014, le débit de dose moyen dans l’air est de 90 nanosievert par heure (nSv/h). Pour l’homme, les doses efficaces (à savoir, les doses effectivement absorbées par l’organisme) atteignent en moyenne les valeurs suivantes :

  • 0,31 millisievert (mSv/an) due au rayonnement cosmique pour 95 % de la population ;
  • 0,62 mSv/an due au rayonnement tellurique, 90% de la population recevant une dose comprise entre 0,36 et 1,1 mSv/an ;
  • 0,55 mSv/an par ingestion de radionucléides naturels présents dans l'alimentation et le tabac. Cette dose ne varie pas en fonction de la région mais des habitudes de consommation de chacun ;
  • entre 0,54 et 3,15 mSv/n par inhalation de radon pour 90 % de la population. La situation est néanmoins extrêmement contrastée : la dose moyenne atteint 5 à 6 mSv/an en Lozère ou dans le Cantal, ou encore 20 mSv/an très localement.

 

L’exposition résiduelle liée aux retombées des essais d’armes nucléaires est pour la population de quelques microsievert par an (µSv/an).

 

Pour l’accident de Tchernobyl (Ukraine), l’exposition résiduelle est évaluée à quelques microsievert par an dans les deux tiers ouest du pays, et de l’ordre de quelques dizaines de microsievert par an dans la partie est de la France.

 

Enfin, les retombées atmosphériques consécutives à l’accident de Fukushima (Japon), ont été 500 à plus de 1 000 fois inférieures à celles mesurées juste après l’accident de Tchernobyl ; l’influence de ces dépôts n’est plus mesurable depuis mi-2011.

 

 

Radioactivité due aux sites nucléaires français

 

Sur les 36 sites nucléaires en France métropolitaine, 29 ont pu faire l’objet d’une évaluation de leur impact radiologique à partir des résultats de mesures issues des différents programmes de surveillance radiologique de l’environnement.

 

La dose susceptible d’être reçue par une personne résidant autour d’une installation nucléaire est faible : de moins de 0,1 µSv/an à 6 µSv/an. Ce niveau est 100 à 10 000 plus faible que la limite réglementaire d’exposition du public résultant des activités humaines en dehors de la radioactivité naturelle et des doses reçues en médecine (1 000 µSv/an). Il est également très faible au regard des doses reçues liées à la radioactivité naturelle.

 

Pour les seules 19 centrales nucléaires exploitées par EDF, l’Institut a évalué l’impact dosimétrique d’une centrale entre 0,2 et 0,9 µSv/an. Par ailleurs, entre juin 2011 et décembre 2014, aucune anomalie radiologique n’a été décelée autour des centrales nucléaires. Les activités mesurées sont stables ou en diminution, une tendance déjà observée depuis plusieurs années et liée à la baisse des rejets.

 

Doses en µSv/an potentiellement reçues par les populations résidant à proximité des sites nucléaires, évaluées à partir de résultats de mesures environnementales et imputables aux rejets de chacun de ces sites.
Doses dues à la radioactivité naturelle en France. Radionucléides et/ou voies d’exposition concernés.
 
​Sites ​Doses
µSv/an
​Contributeurs majeurs
La Hague ​​0,6 à 3,585Kr – exposition externe
​0,714C – ingestion de denrées terrestres et marines
​1,1129I – ingestion de denrées terrestres et marines
​0,6260Co, plutonium et 241Am – ingestion de denrées marines
​Malvési​2​Uranium – inhalation
​0,4​Uranium – ingestion de légumes
​Tricastin​0,05​Uranium – Inhalation
​0,003​Uranium – ingestion ponctuelle d’un litre d’eau
Roman/Isère​0,5​Uranium – inhalation
Marcoule​0,28​Tritium – ingestion d’eau de boisson et de végétaux
​0,12​Tritium – inhalation et percutanée
​Saclay​0,28​Tritium – ingestion d’eau de boisson
​1,414C – ingestion de poissons de l’Étang Neuf
​Grenoble​0,14​Tritium – inhalation et percutanée
Bruyères-le-Châtel​0,14​Tritium – inhalation et percutanée
​Valduc​0,39​Tritium – ingestion (eau, végétaux), inhalation et percutanée
​Sites des CNPE​0,114C – ingestion de denrées terrestres
​0,1214C – ingestion de poisson d’eau douce (CNPE fluviaux)
​0,01 à 0,7​Tritium – ingestion d’eau de boisson (CNPE fluviaux)
​0,08110mAg – Ingestion de poisson de mer (CNPE marins de la Manche)
​0,0004Divers radionucléides (60Co, 110mAg, 58Co…) – inhalation et exposition externe à l’air
​Creys​< 0,07​Tritium – inhalation et percutanée
Aval du Rhône (toutes installations nucléaires rhodaniennes) ​​0,06​Divers radionucléides* – ingestion d’eau du Rhône
​0,414C – ingestion de poisson de l’aval du Rhône
​Radioactivité naturelle ​​310​Exposition au rayonnement cosmique
​550​Voyageur aérien fréquent
360 – 1100​Exposition au rayonnement tellurique
​380 – 2500​Ingestion de radionucléides naturels (maximum : gros consommateurs de fruits de mer)
​10​Consommation de 200g de moules
(210Po essentiellement)
​540 – 3150​Inhalation de radon (max = Lozère, Cantal…)
​300​Gros fumeur


*
Cette dose est calculée sur la base des activités de tous les radionucléides artificiels présents dans l’eau du Rhône sous forme dissoute et mesurées par la station SORA (Station Observatoire du Rhône en Arles) de l’IRSN, après déduction du bruit de fond radiologique. 80% de cette dose sont dus aux rejets tritiés des installations nucléaires rhodaniennes, 17% aux rejets de strontium 90 et moins de 3% proviennent des autres radionucléides (iode 131 des rejets hospitaliers et cobalt 60 principalement).

 

Consulter le rapport en version feuilletable « Bilan de l’état radiologique de l’environnement français de juin 2011 à décembre 2014 »

 

Télécharger le PDF « Bilan de l’état radiologique de l’environnement français de juin 2011 à décembre 2014 » (PDF, 14,85 Mo)