SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

Toutes les actualités

Les préoccupations environnementales des Français apparaissent pour la première fois avant l'insécurité et immédiatement après le chômage et la pauvreté dans le baromètre IRSN 2007

 25/09/2007

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

 

 L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) publie chaque année une étude sur la perception des risques et de la sécurité par les Français. Cette enquête permet de suivre l’évolution de l’opinion concernant l’importance perçue des risques, la confiance dans les actions menées par les autorités pour protéger les populations et la crédibilité accordée aux informations diffusées sur les dangers.


D’après les résultats du baromètre 2007 :

 
  • La montée des préoccupations environnementales se confirme. La dégradation de l’environnement devient la 3ème préoccupation des Français derrière le chômage, la misère et l’exclusion et avant l’insécurité. C’est la première fois que cette préoccupation bouleverse le classement de tête occupé depuis de nombreuses années exclusivement par trois risques socio-économiques (chômage, pauvreté, insécurité).
     
  • Le "palmarès" des risques perçus demeure globalement inchangé, même si certaines évolutions sont notables. Ainsi, la pollution atmosphérique se place au 1er rang des situations à risque parmi les 30 situations évoquées dans l’enquête. Elle inquiète de plus en plus les Français : ils sont 75% à considérer ce risque « élevé », contre 68% en 2004 et 69% en 2005. Les accidents de la route poursuivent leur recul. Ils arrivent au 11ème rang des risques perçus alors qu’ils étaient en 6ième position en 2006. Ils conservent les meilleurs scores concernant la confiance dans l’action conduite par les pouvoirs publics (60% de réponses positives) ainsi que dans la crédibilité des informations mises à disposition (70% de réponses positives). Le tabagisme des jeunes suscite moins d’inquiétude et la confiance dans les autorités continue d’augmenter. Les retombées radioactives en France de l’accident de Tchernobyl continuent à être la situation recueillant le plus faible score de confiance et de crédibilité  accordée à l’information donnée.
     
  • La classification en familles de risques montre que le nucléaire n’est pas perçu comme un tout. Radiographies médicales, centrales nucléaires, déchets radioactifs ou retombées en France de l’accident de Tchernobyl génèrent des perceptions différentes en matière de risque. L’argument en faveur du nucléaire reste l’indépendance énergétique pour 40% des Français mais l’impact sur l’environnement par l’absence d’émission de gaz carbonique obtient maintenant la deuxième place dans les arguments cités favorables à l’énergie nucléaire.

    Le nucléaire est perçu comme une activité industrielle ayant un fort potentiel catastrophique. Les centrales nucléaires, le stockage de déchets radioactifs sont en tête du hit-parade des activités susceptibles de provoquer une catastrophe en France. Ils sont suivis de près par les installations chimiques. La majorité des organismes du domaine nucléaire sont reconnus comme compétents par plus de 70% des Français mais la crédibilité accordée à l’information qu’ils donnent restent faible (entre 30 et 40%) ; c’est une constante du baromètre. A l’opposé, plus l’intervenant est proche ou accessible, plus l’information est jugée crédible. C’est le cas des associations de consommateurs ou écologistes. Toutefois leur compétence est jugée moins bonne (50%) que celle des organismes.
     
  • Les Français restent exigeants vis-à-vis de l’expertise scientifique. Ils attendent d’un expert qu’il soit ouvert et transparent et ils plébiscitent les structures pluralistes.
    Réconciliant confiance et crédibilité, les Français aimeraient les voir réunis dans une même structure : 94% des interviewés trouvent qu’une « structure réunissant des experts scientifiques, des décideurs politiques, des industriels, des associations des citoyens et dont le but serait de s'occuper des situations à risques » serait très utile (50%) ou utile (44%).

    L’expertise scientifique est considérée comme une assurance du bon fonctionnement d’une installation à risques. Ils sont une majorité à faire confiance à un comité d’experts scientifiques pour formuler un avis crédible sur les risques et 60% des personnes interrogées jugent prioritaires que les rapports d’expertise soient rendus publics. Plus de 80% pensent également que les experts doivent aussi présenter les points de désaccord dans leurs avis.
     
L’édition 2007 du baromètre IRSN présente les réponses des Français qui ont été interrogés à leur domicile du 9 au 23 novembre 2006 par l’institut de sondage BVA. Au total, 1042 personnes sélectionnées selon la méthode des quotas et des strates ont répondu. La répartition de l’INSEE des âges, des sexes et des professions des chefs de famille a été respectée dans l’échantillon et cela dans chacune des 32 strates considérées (8 régions x 4 types d’habitat).
   
Télécharger le Baromètre IRSN 2007 (pdf) 

 

Contact presse
01 58 35 70 33

Avis et rapports
Avis aux autorités 16/10/2017 Nouveaux avis de l'IRSN de Septembre 2017
Avis aux autorités 02/10/2017 Avis de l'IRSN à l'ASN de Septembre 2017
Consulter tous les avis et rapports
En direct sur twitter
18/10/2017 - 11:31 @IRSNFrance #Radon, changeons d’air ! Claire Gréau, experte IRSN, et Mme Berton échangent sur travaux de remédiation @neosfair… https://t.co/jBhfuoyYOi
18/10/2017 - 11:23 @IRSNFrance RT @neosfair: Ce 18/10, animation d'un atelier sur le #radon. L'occasion de présenter les résultats obtenus dans une maison que nous avons…
18/10/2017 - 06:01 @suretenucleaire Jusqu'au 22 oct., inscrivez-vous ! EUROSAFE, le rendez-vous des organismes de sûreté nucléaire européens, à Paris.… https://t.co/ZuzmjSgLL4
S'abonner aux flux Twitter de l’IRSN
Base de connaissances