SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

Toutes les actualités

L'IRSN fait le point au 20 juillet 2007 sur le tremblement de terre Chu-Etsu-Oki du 16 juillet 2007 et ses conséquences sur la centrale nucléaire de Kashiwazaki-Kariwa

 20/07/2007

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

 

 

Renversement des_fûts de déchets
Suite au séisme, des fûts contenant des déchets de faible activité dans l’installation d’entreposage de déchets solides ont été renversés. Il n’y a pas eu de fuite d’éléments radioactifs à l’extérieur du bâtiment. (photo prise le 17 juillet - source TEPCO)

Le 16 juillet à 10h13, un séisme important d’une magnitude de 6,6 a secoué la région de Niigata au Japon ; la profondeur du séisme est évaluée à 10 km (voir la fiche d’information mise à jour le 4 septembre).


L’épicentre du séisme est situé à une dizaine de kilomètres de la centrale nucléaire de Kashiwazaki-Kariwa exploitée par la compagnie TEPCO ; elle compte 7 tranches d’une puissance installée totale de 8212 MWe.

Les tranches 3, 4 et 7 en fonctionnement lors du tremblement de terre ont été automatiquement arrêtées. La tranche 2 était en train de démarrer lors du séisme ; elle a également été arrêtée automatiquement.

 

Lors de l'événement, les sources électriques externes n'ont pas été perdues, les diesels de secours n'ont pas été sollicités. La conservation des sources électriques externes facilite la conduite pour ramener et maintenir les installations dans un état sûr, d'autant que le séisme est une source de défaillance de cause commune importante.


Les tranches 1, 5 et 6 étaient en période d’arrêt pour inspection.
L’exploitant procède actuellement à un recensement des anomalies causées par le séisme ; au 19 juillet, 67 anomalies avaient été recensées sur l’ensemble du site. Parmi celles-ci, selon TEPCO, les plus notables sont les suivantes :

 

  • A la suite du tremblement de terre, un incendie s’est déclaré sur un transformateur électrique à l’extérieur du bâtiment du réacteur de la tranche 3. Il s’agit du premier cas connu d’incendie dans une centrale nucléaire résultant d’un tremblement de terre. Cet incendie résulte probablement d’un affaissement du sol au niveau d’un pylône soutenant des câbles électriques, ce qui aurait entraîné un court-circuit et l’inflammation d’huile par les étincelles produites. Le système d’extinction semble avoir été également endommagé par l’affaissement du sol. L’incendie a été maîtrisé à 12h02, soit près de 2h après le départ du feu.

 

  • Une fuite d’eau a été constatée le 16 juillet vers 12h50 sur la tranche 6, dans une « zone non surveillée » (au sens de la radioprotection des travailleurs). Cette fuite proviendrait du débordement d’eau de la piscine d’entreposage de combustibles usés, mais son caractère radioactif n’a été détecté que 5h30 plus tard (à 18h20). Elle a entraîné via les systèmes de collecte un rejet d’activité dans la mer de 90 000 Bq ; les doses associées sont certainement extrêmement faibles.

 

  • Plusieurs centaines de fûts entreposés dans le bâtiment d’entreposage des déchets solides se sont renversés et certains ont perdu leur couvercle. Ces fûts contenaient des déchets de faible activité, tels que les résidus de l’incinération de gants ou de masques portés par les opérateurs pour rentrer en zone contrôlée. Des traces de radioactivité ont été mesurées sur le sol de l’entreposage.

 

  • Des traces de radioactivité (iodes, chrome 51, cobalt 60) ont également été détectées dans le filtre du système de ventilation du réacteur 7. De tels éléments ont donc été rejetés dans l’atmosphère ; les doses correspondantes pour la population seraient bien inférieures au nanosievert (10-9 Sv). L’origine de ces rejets est liée à un retard dans la mise à l’arrêt des systèmes d’élimination des vapeurs au sol de la turbine (système spécifique des réacteurs à eau bouillante).

 
Les valeurs d’accélération enregistrées par l’instrumentation de la centrale sont généralement supérieures aux valeurs retenues pour la conception. Ceci pourrait expliquer le nombre important d'anomalies recensées qui sont essentiellement des fuites d’huile ou d’eau, des décalages de conduits de ventilation… A ce stade des investigations, il ne semble pas y avoir d’anomalie de nature à mettre en cause le maintien à l’état sûr des installations. Toutefois, les contrôles, les réparations et les études nécessaires avant redémarrage (y compris de réévaluation sismique) dureront certainement plusieurs mois. En particulier, des investigations vont être effectuées pour reconnaître, plus précisément la localisation de la faille à l’origine du séisme.

 

Avis et rapports
Avis aux autorités 18/08/2017 Nouveaux avis de l'IRSN de Juillet 2017
Avis aux autorités 01/08/2017 Avis de l'IRSN à l'ASN de Juillet 2017
Consulter tous les avis et rapports
En direct sur twitter
18/08/2017 - 15:03 @suretenucleaire Avis IRSN sur modification système de récupération des eaux de l'usine FBFC @AREVAfr Romans-sur-Isère https://t.co/qYPn4kqcDi
18/08/2017 - 15:01 @suretenucleaire Avis IRSN sur demande autorisation mise en service Fosse 40 de l'atelier E/EV SE de l'Usine UP3-A @AREVAlaHague https://t.co/IGcShqXq8E
18/08/2017 - 14:58 @suretenucleaire Avis IRSN sur suivi engagements relatifs aux alimentations électriques & contrôle-commande pr installation @iterorg https://t.co/p5uLP0d1kM
S'abonner aux flux Twitter de l’IRSN
Base de connaissances