SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Toutes les actualités

Équipes de recherche

Nouveau mandat de 5 ans pour le MIST, laboratoire commun de recherche sur la micromécanique

01/12/2015



Après huit années de collaboration fructueuse, l'IRSN, le CNRS et l'Université de Montpellier viennent de prolonger de cinq ans le mandat de leur laboratoire commun, le Laboratoire de Micromécanique et Intégrité des Structures (MIST). Ce laboratoire rassemble les moyens de recherche des trois institutions dans le domaine des comportements des matériaux et des structures soumis à des ambiances nocives : ceux du Pôle de Sûreté nucléaire de l'IRSN à Cadarache, et ceux du Laboratoire de mécanique et génie civil (LMGC) à Montpellier pour le CNRS et l'Université de Montpellier.

 

Le nouveau contrat, qui porte sur la période 2015-2019, conserve le même périmètre scientifique, étendu depuis 2007 de la thématique originelle du « combustible » à celle de l'«extension de la durée d'exploitation » consacrée au vieillissement des bétons et métaux. Les travaux du laboratoire commun sont menés selon trois axes de recherche :

  • l'homogénéisation et les changements d'échelle,
  • la fissuration, la rupture et la fragmentation,
  • les milieux discrets et les couplages fluide-grains.

 

Des huit années d'existence du MIST, il ressort des avancées significatives avec par exemple le développement d'outils génériques de simulation de la fissuration des matériaux hétérogènes ; ces outils ont notamment permis d'affiner les lois de comportement mécanique du combustible nucléaire, lois directement utilisées dans les logiciels de simulations d'accident développés par l'Institut, comme le code SCANAIR. Ces avancées ont également porté sur la fragmentation du combustible et son éjection hors de sa gaine lors d'accidents ainsi que sur la perméabilité locale de bétons représentatifs de ceux des enceintes des réacteurs nucléaires (dernière barrière de confinement des produits de fission pouvant être relâchés dans l'atmosphère en cas d'accident). Ces recherches ont fait l'objet de 30 publications scientifiques sur les quatre dernières années et de 12 mémoires de thèses et de post-doctorats.



Plus d'informations