SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Toutes les actualités

Programmes de recherche

Appel à projets H2020-Euratom : l'IRSN participe à 8 des projets retenus en qualité de bénéficiaire

24/03/2017


La Commission européenne vient de publier les résultats de son appel à projets H2020 Euratom « Fission et Fusion » 2016-2017. L'IRSN participe à huit des 25 nouveaux projets européens sélectionnés en qualité de bénéficiaire, qui seront lancés dans l'année. L'Institut reçoit une contribution de la Commission de 2 millions d'euros sur une subvention globale - tous partenaires inclus - de 41 millions d'euros pour les huit projets. De plus, l'IRSN sera membre d'un groupe consultatif sans financement pour trois autres projets concernant les combustibles MOX, les techniques de suivi neutronique des cœurs et le stockage des déchets.

 

Concernant la thématique des réacteurs nucléaires de génération II et III, l'Institut contribuera aux projets ATLAS+ (Advanced Tools for Structural Integrity Assessment and Plant Lifetime Management) sur l'intégrité des joints soudés de tuyauteries, NARSIS (New Approach to Reactor Safety Improvements) sur les aléas extrêmes et les études probabilistes et TEAM CABLES (European Tools and Methodologies for an Efficient Ageing Management of Nuclear Power Plant Cables), sur le vieillissement des câbles électriques du parc nucléaire européen existant.

 

L'IRSN participera également à plusieurs projets de recherche concernant les réacteurs de génération IV - ESFR-SMART (European Sodium Fast Reactor – Safety Measures Assessment and Research Tools) sur les réacteurs refroidis au sodium, GENIORS (GEN IV Integrated Oxide Fuels Recycling Strategies), sur le combustible MOX – ainsi qu'à un projet sur les petits réacteurs modulaires (SMR), GEMINI PLUS (Research and Development in Support of the GEMINI Initiative).

 

Dans le domaine de la radioprotection, l'IRSN sera partie prenante du projet MEDIRAD (Implications of Medical Low Dose Radiation Exposure) sur les risques liés aux faibles doses lors des radiothérapies, ainsi que du projet TRANSAT (Transversal Actions for Tritium) concernant les effets du tritium sur l'environnement et l'homme.