SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

HDR soutenue

Quantification des risques associés aux expositions aux rayonnements ionisants à faibles doses et faibles débits de dose

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Dominique Laurier a soutenu son HDR le 12 février 2009 à Paris.

Jury


Pr Khashayar Pakdaman, Institut Jacques Monod - CNRS, Universités Paris 7, Paris 6, Responsable de l’équipe "Modélisation en Biologie Intégrative, rapporteur P7 et Président du Jury

Pr Jacques Bénichou, Université de Rouen, Responsable de l’Unité "Biostatistiques", rapporteur

Pr Momas Isabelle Momas, Université Paris 5 Descartes, Laboratoire "Santé Publique et Environnement", rapporteur

Mr Denis Hemon, Université Paris-Sud 11, Unité de Recherche en Epidémiologie Environnementale des Cancers Inserm U754

Pr Catherine Luccioni, Conservatoire national des arts et métiers, Chaire de Radioprotection



Résumé


De nombreuses connaissances ont déjà été acquises sur les effets des expositions aux rayonnements ionisants, mais des questions persistent, en particulier en ce qui concerne les effets potentiels de certains types d’exposition (exposition chronique, contaminations internes uranium, plutonium, tritium…) ou au sein de certains groupes de population (enfants…). Les activités de recherche du Laboratoire d’Epidémiologie de l’IRSN dans les années à venir visent à améliorer les connaissances sur ces différents axes. Mon projet de recherche est une implication personnelle dans le lancement, la coordination et la conduite des études épidémiologiques réalisées au sein de ce Laboratoire. Certaines de ces études sont déjà en cours, sur la base de cohortes professionnelles de travailleurs exposés par irradiation externe et/ou par contamination interne, tels que les mineurs d’uranium ou les travailleurs de l’industrie nucléaire. D’autres sont en discussion ou en phase de faisabilité, telles que les études sur les risques radio induits associés à des expositions reçues durant l’enfance. L’objectif est de contribuer à l’amélioration des connaissances sur la quantification des risques associés aux expositions aux rayonnements ionisants à faibles doses et faibles débits de dose.