SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Thèses en cours

Effets sanitaires d'une exposition chronique à de faibles doses de rayonnements ionisants : contribution à l'estimation des risques radio-induits de cancers dans une cohorte française de travailleurs du nucléaire

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Laboratoire d'accueil :Laboratoire d'épidémiologie des rayonnements ionisants (LEPID)

Date de début de thèse : octobre 2014

Nom du doctorant : Lucie Fournier
​Descriptif du sujet


Les normes de radioprotection visant à protéger le public et les travailleurs des effets

néfastes des rayonnements ionisants (RI) sont principalement basées sur des risques

estimés par le suivi épidémiologique des survivants des bombardements d’Hiroshima

et Nagasaki, exposés à des doses aiguës, moyennes à fortes, de RI. Cependant des incertitudes persistent quant à la quantification des risques associés à des expositions

chroniques à de faibles doses et faibles débits de dose de RI, caractéristiques des expositions environnementales ou professionnelles. Afin de mieux caractériser les effets de ce type d’exposition, des études portant sur des travailleurs du nucléaire ont été mises en place dans différents pays. En France, la cohorte nationale des travailleurs du nucléaire regroupe plus de 59 000 agents statutaires du CEA, d’AREVA NC et d’EDF embauchés au moins un an avant 1994 et surveillés pour une exposition externe aux RI. Le suivi de cette cohorte jusque 2004 a mis en évidence un excès de risque (ERR) non significatif de cancer solide et un ERR significatif de leucémie myéloïde associés à l’exposition aux photons.


L’objectif de cette thèse est d’étudier la mortalité par cancer dans cette cohorte après

l’extension de son suivi jusque 2013 et l’élargissement de son périmètre par l’intégration des agents embauchés entre 1995 et 2003, ce qui permettra de bénéficier d’une puissance statistique accrue pour l’étude de la mortalité. Cette mise à jour concerne les données administratives et dosimétriques des travailleurs, et la recherche des statuts vitaux et des causes de décès. La mortalité au sein de la cohorte sera comparée à celle de la population française par le calcul de rapports standardisés de mortalité. Puis le lien entremortalité et exposition professionnelle aux RI au sein de la cohorte sera étudié, en se basant sur des modèles en ERR. Une étude sur la pertinence et la faisabilité de prendre en compte les doses en dessous des seuils de détection des dosimètres lors des analyses doseréponse sera réalisée.


Enfin, les résultats seront interprétés par rapport à leur intérêt en santé-travail et en radioprotection, et mis en perspective avec les autres cohortes de travailleurs du nucléaire en cours.