SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Thèses en cours

Développement de l'utilisation de la spectroscopie par résonance paramagnétique électronique sur les pahnères pour la dosimétrie d'accident radiologique

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Laboratoire d'accueil : ​​Laboratoire de dosimétrie des rayonnements ionisants (LDRI)

Date de début de thèse : octobre 2015

Nom du doctorant : Nicolas Tkatchenko


​Descriptif du sujet

Cette thèse a pour objectif de développer de nouveaux moyens en dosimétrie d’accident radiologique, notamment lors d’irradiations localisées au niveau des mains. Cette typologie d’accident est récurrente, mais il est très souvent impossible ou extrêmement compliqué d’estimer les doses reçues. Localement, les doses peuvent atteindre plusieurs dizaines de grays, comme par exemple, dans le cas de préhension de sources radioactives.

L’IRSN a développé une approche innovante basée sur la quantification dans les ongles
des radicaux libres induits par l’irradiation par spectroscopie par résonance paramagnétique électronique (RPE). Des premiers protocoles ont permis de réaliser les
premières expertises pour le compte de REACTS (USA) et de l’AIEA.

Si cette approche présente de nombreux avantages - facilité du prélèvement, stabilité
du signal et possibilité d’établir une cartographie de la dose absorbée aux extrémités -
l’analyse des spectres RPE s’avère être très complexe et de nombreux paramètres
influent sur la production et la stabilité des radicaux mesurés. En effet, le spectre RPE
d’un échantillon d’ongle irradié présente deux signaux de signatures identiques : un
endogène (BKS) sensible à l’humidité et variable d’un individu à l’autre, et un radioinduit (RIS) stable mais de faible intensité.

Tout l’enjeu réside dans la caractérisation des entités chimiques qui leur sont associées
afin de pouvoir développer des méthodes pour séparer les différentes composantes
du spectre et extraire l’information dosimétrique. Dans cette optique, des techniques d’analyses complémentaires (spectroscopie de masse, RMN, RPE pulsée et haute fréquence…) pourront être utilisées. De plus, une étude sur la variabilité des signaux et l’influence des paramètres extérieurs (température, humidité, exposition UV, vernis, durcisseur…) est actuellement menée. Il s’agit d’améliorer les protocoles existants uniquement dédiés au fortes doses (> 10 Gy) et d’en proposer un nouveau pour les plus faibles doses.