SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Thèses en cours

Évaluation, à partir de modélisations nanodosimétriques, de l'influence de la compaction de la chromatine sur les effets radioinduits précoces et extension aux effets tardifs (dysfonctionnements et mort cellulaire)

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Laboratoire d'accueil : ​​​Laboratoire de dosimétrie des rayonnements ionisants (LDRI)

Date de début de thèse : octobre 2016

Nom du doctorant : Nicolas TANG


Descriptif du sujet

La thèse s'inscrit dans l'axe 1 du programme de recherche IRSN ROSIRIS qui a pour objectif d'améliorer les connaissances biologiques sur les complications des radiothérapies. L'axe 1 vise à décrire le mécanisme reliant la topologie des premiers dépôts d'énergie dans la cellule avec les premiers effets radioinduits jouant un rôle majeur dans les effets délétères comme sont les dommages à l'ADN. Il est reconnu que ces dommages peuvent conduire à des aberrations chromosomiques, la mort cellulaire ou au développement d'un cancer. Également, les différents niveaux de condensation de la chromatine semblent jouer un rôle quant au nombre de dommages radioinduits à l'ADN, à leur réparation et à l'apparition d'aberrations chromosomiques.

Partant de cela, cette thèse a pour premier objectif d'étudier, en utilisant la simulation Monte-Carlo, l'influence des deux niveaux de compaction de la chromatine qui sont l'hétérochromatine (forme condensée) et l'euchromatine (forme décondensée) sur les dommages biologiques. Il est nécessaire de calculer les cassures double brins (CDB) à l'ADN dans un modèle géométrique réaliste comprenant les deux compactions de la chromatine. Un modèle d'hétérochromatine a été conçu précédemment au laboratoire et dans ce travail devra être implémentée sa coexistence avec un nouveau modèle d'euchromatine. Cette géométrie de l'ADN est générée grâce à un logiciel qui a été récemment développé au sein du laboratoire : DnaFabric. Des données expérimentales concernant la répartition de la chromatine proviendront du Laboratoire de dosimétrie biologique (LDB) de l'IRSN. Ainsi, des nouveaux noyaux cellulaires plus réalistes comprenant une répartition des zones d'hétérochromatine et d'euchromatine pourront être générés et exportés vers une chaîne de calcul basée sur le code Monte-Carlo Geant4-DNA pour y effectuer les différentes simulations. En effet, le calcul des CDB est réalisé à l'aide de cette chaane permettant de simuler les différentes étapes suivant l'irradiation (physique, physico-chimique et chimique). Il reste à améliorer l'étape chimique pour mieux prendre en compte les dommages aux bases. Il est également prévu d'étendre la simulation au calcul des aberrations chromosomiques en étudiant la complexité et la répartition spatiale dans chaque chromosome des CDB et d'y implémenter des lois de probabilité afin de calculer le taux de mauvaises unions menant aux aberrations chromosomiques.