SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Thèses en cours

Quantification du champ de déformation 3D des Alpes occidentales et régions périphériques par géodésie spatiale et sismologie - interprétations tectoniques et apports au calcul de l'aléa sismique

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :


 


 

Bureau d'accueil : ​​​Bureau d'évaluation des risques sismiques pour la sûreté des installations (BERSSIN)

Date de début de thèse : septembre 2017

Nom de la doctorante : Marguerite MATHEY


​Descriptif du sujet

 

Les Alpes occidentales sont caractérisées par une sismicité faible à modérée. Le GPS (Global Positioning System) permanent a montré que le signal majeur de déformation actuelle dans les Alpes occidentales est une surrection atteignant 2 mm / an dans la haute chaîne (Serpelloni et al., 2013), sans raccourcissement correspondant. La déformation horizontale totale au travers des Alpes occidentales se caractérise actuellement par un mouvement transtensif de la plaque Adriatique par rapport à l’Eurasie stable, avec 0-0.3 mm / an en extension et décrochement dextre (Nocquet, 2012). Le mouvement vertical doit donc avoir d’autres moteurs que la tectonique des plaques.

 

Cette thèse présente un double objectif :

 

  • (i) préciser le moteur de la déformation verticale,
  • (ii) apporter des contraintes physiques au calcul d’aléa sismique probabiliste.

 

Le travail de thèse consiste pour cela à étudier les interactions entre déformations horizontale et verticale, et entre déformations de surface et sismicité. La difficulté du sujet réside dans la caractérisation d’une déformation de l’ordre du millimètre par an au maximum. Cependant les Alpes occidentales bénéficient d’une durée et d’une densité d’observations inégalées en Europe à cette échelle.

 

Trois types de données seront intégrés conjointement au cours de cette thèse :

  • (i) les données sismologiques SISMalp (35 000 événements enregistrés depuis 1989),
  • (ii) les données de GPS permanent (réseau RENAG depuis 1998) et de campagnes,
  • (iii) les données d’interférométrie radar (InSAR) acquises depuis 2014 par le satellite Sentinel-1.