SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Thèses en cours

Évaluation de rejets moyen-terme en situation accidentelle grave d'un réacteur à eau pressurisée : étude expérimentale de la revolatilisation de dépôts de produits de fission (Cs, I, Ru)

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Laboratoire d'accueil : ​Laboratoire d'expérimentation environnement et chimie (L2EC)

Date de début de thèse : octobre 2014

Nom du doctorant : Dorel Obada
​Descriptif du sujet


Pour évaluer les conséquences radiologiques sur l’homme d’un rejet de matières radioactives dans l’environnement lors d’un accident grave de réacteur à eau pressurisée, l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire dispose d’outils de calculs permettant de simuler l’ensemble du déroulement d’un accident.


L’une des difficultés dans la mise en oeuvre de ces outils est principalement le manque

de données expérimentales relatives au phénomène de revaporisation de matières radioactives. La revaporisation depuis les surfaces contaminées du circuit primaire est en effet susceptible de contribuer à un rejet différé de matières radioactives, notamment pour l’iode, le césium et le ruthénium. Plusieurs facteurs pouvant potentiellement favoriser ce phénomène ont été identifiés, mais les données expérimentales actuellement disponibles sont souvent incomplètes ou obtenues dans des conditions peu représentatives d’une situation accidentelle.


Cette étude porte sur des essais à effets séparés de revaporisation ou de revolatilisation de dépôts d’iode et de césium sur des surfaces représentatives des matériaux présents au sein du circuit primaire (aciers inoxydables et alliages inconel). La première étape consistera à générer des dépôts de CsI et CsOH représentatifs en prenant compte de l’état d’oxydation des aciers. Ces dépôts seront caractérisés à l’aide de techniques d’analyse de surface comme l’XPS, ou l’EPMA. La revaporisation de ces dépôts sera étudiée par thermogravimétrie jusqu’à des températures de 1000 °C et sous des atmosphères oxydante ou réductrice afin d’en suivre la cinétique de relâchement. Des essais couplés à des techniques appropriées (spectroscopie optique, collecte des aérosols) permettront de déterminer plus précisément les espèces relâchées.


Ces données expérimentales seront comparées aux données disponibles dans la littérature afin de proposer une première modélisation de ce phénomène en prenant en compte explicitement les conditions de température et de pression du circuit primaire d’un réacteur à eau pressurisée en conditions d’accident grave, ainsi que les modifications chimiques de surface induites par les molécules de la phase gazeuse.