SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Toxicité d’un mélange binaire sur la daphnie-Daphnia magna


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Florence Zeman, thèse de doctorat de l'université Montpellier II, spécialité évolition, écologie, ressources génétiques, paléontologie, école doctorale Systèmes intégrés en biologie, agronomie, géosciences, hydrosciences, environnement (SIBAGHE), 210 p., soutenue le 30 octobre 2008

Type de document > *Mémoire/HDR/Thèse

Mots clés >

Unité de recherche > IRSN/DEI/SECRE/LRE

Auteurs > ZEMAN Florence

Date de publication > 30/10/2008

Résumé

Parmi la multitude de polluants qui affectent les écosystèmes aquatiques continentaux, l’uranium et le sélénium sont deux éléments qui se retrouvent à l’échelle mondiale, seuls et en mélange dans l’environnement.


L’objectif de cette thèse a été d’étudier les effets de l’uranium et du sélénium en mélange chez la daphnie (Daphnia magna). L’étude des effets des mélanges implique de connaître au préalable l’effet de chaque stresseur isolé. Ainsi dans un premier temps, des études ont été réalisées séparément sur les effets de l’uranium et du sélénium qui ont permis d’obtenir des données de toxicité aigüe comme une CE50 48h de 0,39±0,04 mg.L-1 pour l’uranium et une CE50 48h de 1,86±0,85mg.L-1 pour le sélénium. Des données de toxicité chronique notamment sur la fécondité avec une CE10 reproduction de 14±7μg.L-1 pour l’uranium et de 215±25μg.L-1 pour le sélénium ont pu être obtenues. Ensuite, l’étude des effets du mélange uranium-sélénium a montré un antagonisme entre l’uranium et le sélénium. Cette étude a permis de mettre en évidence différents éléments de réflexion à prendre en compte dans une étude de mélanges binaires, comme l’importance du choix des modèles de référence (addition des concentrations ou indépendance d’action), des méthodes d’analyse statistique, du temps d’exposition et des critères d’effet. Elle a de plus montré l’intérêt d’utiliser des paramètres intégrateurs comme les bilans d’énergie pour mieux appréhender les interactions. S’attacher à la spéciation chimique dans le milieu et à la bioaccumulation dans les organismes permet de faire des hypothèses quant à la nature des interactions présentes au sein d’un mélange (interactions toxico-dynamiques et toxico-cinétiques).