SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Processus engagés dans la rémanence, au niveau du compartiment atmosphérique, des radionucléides artificiels antérieurement déposés


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Damien PIGA, thèse de l'Université du Sud Toulon Var, Ecole doctorale Sciences fondamentales et appliquées, 249 p., soutenue le 10 décembre 2010

Type de document > *Mémoire/HDR/Thèse

Mots clés > Cs-137, remise en suspension, Rétro-dispersion, poussieres sahariennes, incendies, bois de chauffage

Unité de recherche > IRSN/DEI/SESURE/LERCM

Auteurs > PIGA Damien

Date de publication > 10/12/2010

Résumé

Les stations atmosphériques de l’observatoire permanent de la radioactivité dans l’environnement mesurent depuis 1959 les niveaux d’activité de radionucléides naturels et artificiels dans les aérosols. Aujourd’hui, le Cs-137 (T 1/2 = 30.07 ans), radionucléide artificiel issu des essais nucléaires atmosphériques et de divers accidents, est encore mesuré à l’état de traces dans les basses couches de l’atmosphère, bien qu’il n’existe plus de rejet significatif. Cette étude s’est intéressée à identifier et caractériser les processus qui expliquent sa rémanence.
Les territoires fortement impactés par les retombées de l’accident de Tchernobyl sont apparus les principaux contributeurs à la rémanence atmosphérique du Cs-137 dans les aérosols prélevés en France. Dans ces régions, les incendies de foret constituent le processus de remise en suspension du Cs-137 le plus significatif durant la saison sèche et à l’origine d’épisodes de transport longue-distance. Il est estimé qu’annuellement, de l’ordre de 1013 Bq de Cs-137 sont réintroduits dans l’atmosphère par ce processus.
En relation avec de fortes augmentations de la masse totale de particules en suspension, le Sahara est la seconde région contribuant à la rémanence du Cs-137 dans le compartiment atmosphérique au travers d’épisodes de transport de poussières sahariennes. Il est estimé que l’ensemble de ces événements contribue en moyenne pour 1/3 du bruit de fond ambiant en Cs-137 à l’échelle de la France.
Le dernier processus identifie est l’utilisation de bois comme moyen de chauffage durant l’hiver. Bien que le facteur d’émission de ce processus soit faible, l’étendue spatiale des régions sources et les quantités utilisées durant l’hiver font de ce processus un terme source significatif au regard des niveaux moyens à l’état de traces. A l’échelle de la France, de l’ordre de 1011 Bq de Cs-137 sont réintroduits dans l’atmosphère par ce processus. Durant cette saison, la diminution des conditions de ventilation dans les basses couches de l’atmosphère entraine une élévation du niveau moyen tandis que les augmentations significatives de l’activité volumique sont dues à un transport longue-distance en provenance de l’est de l’Europe.

 

Contact

Olivier Masson, tuteur de la thèse

Plus d'informations

Mémoire de thèse