SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Migration de l’iode et du sélénium au travers de roches argileuses


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Benjamin Frasca a soutenu sa thèse le 9 novembre 2011 à Orsay.

Type de document > *Mémoire/HDR/Thèse

Mots clés >

Unité de recherche > IRSN/DEI/SARG/LR2S

Auteurs > FRASCA Benjamin

Date de publication > 09/11/2011

Résumé

Les roches argileuses sont considérées comme de potentielles roches-hôtes pour le stockage en profondeur des déchets radioactifs de Haute Activité et de Moyenne Activité à Vie Longue (déchets HA-MAVL). L’iode 129 et le sélénium 79, issus des déchets nucléaires, sont considérés comme deux des radio-éléments les plus pénalisants en termes de sûreté. Cependant, l’iode et le sélénium présentent des propriétés vis-à-vis des conditions d’oxydoréduction qui nécessitent une attention particulière quant à l’état d’oxydation de ces éléments.

 

Une étude comparative sur la migration du sélénium et de l’iode au travers de roches argileuses a donc été réalisée afin de déterminer, dans un premier temps l’effet des conditions redox sur la migration du sélénium et de l’iode, puis, dans un second temps l’influence de la minéralogie sur le comportement de ces éléments. A cet effet, deux roches argileuses ont été étudiées : les argilites toarciennes de Tournemire (France) et les Argiles à Opalines (OPA) du Mont Terri (Suisse). Des expériences de through-diffusion et de batch ont été réalisées conjointement, en conditions oxiques et sous une atmosphère de N2/CO2. En outre, l’état d’oxydation du sélénium dans la roche a été déterminé au moyen d’analyses spectroscopiques.


L’étude des iodures dans les roches argileuses indurées a permis de confirmer le rôle de la pyrite oxydée et de la MON dans la rétention des iodures. On soupçonne entre autres que la rétention des iodures serait contrôlée cinétiquement.

 

Lors de l’étude de la migration du sélénium, nous nous sommes intéressés aux formes les plus oxydées de cet élément, à savoir le Se(IV) et le Se(VI). La migration du Se(IV) est fortement liée à des processus d’oxydo-réduction. En effet, lors de la diffusion de cet élément dans le Toarcien supérieur et l’OPA, une fraction importante du Se(IV) est réduite. Cette réduction semble fortement associée à la présence de fer dans la roche. L’étude du Se(VI) nous a permis de mettre en évidence un comportement dépendant de la concentration initiale : la rétention est significative aux faibles concentrations et non aux fortes concentrations. Les analyses spectroscopiques montrent une faible réduction du Se(VI) au contact du fer dans la roche. Néanmoins, nous ne pouvons pas exclure que cette réduction soit d’origine microbienne.