SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Effets d’une contamination chronique à l’uranium sur le système cholinergique : approches in vivo et in vitro


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Hélène Bensoussan a soutenu sa thèse le 28 septembre 2009 à Orsay.

Résumé

L’uranium (U) est un métal lourd présent naturellement dans l’environnement. Il possède une toxicité chimique et radiologique.

 

Le but de ce travail était : 

  • d’évaluer les effets d’une ingestion chronique d’U sur le métabolisme cholinergique (synthèse, catabolisme, récepteurs…) et sur le comportement de rongeurs adultes, juvéniles ou prédisposés à une pathologie neurodégénérative (modèle ApoE-/-) ;
  • d’appréhender l’action neurotoxique de l’uranium sur un modèle cellulaire neuronal.

 

In vivo, ces travaux montrent que les effets de l’U sont dépendants de la structure cérébrale (cortex > hippocampe), du modèle animal (juvénile > adulte), du temps d’exposition (sub-chronique > chronique), de la dose et de l’isotopie de l’U.

 

In vitro, l’étude souligne le potentiel neurocytotoxique de l’U ainsi que la présence de précipités intracellulaires d’U. Ces résultats montrent que l’U a un impact néfaste sur les cellules neuronales, et qu’il perturbe le système cholinergique et le comportement.