SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Etude des effets d'une ingestion chronique de radionucléides sur le métabolisme du cholestérol chez le rat : exemples de l'uranium appauvri et du césium 137


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Radjini RACINE, Thèse de doctorat de l'université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand II, Ecole doctorale des sciences de la vie et de la santé de Clermont-Ferrand, spécialité physiologie et génétique moléculaires (radiotoxicologie), 366 p., soutenue le 28 octobre 2009.

Résumé

Certains radionucléides sont dispersés dans l’environnement du fait d’accidents, d’incidents ou de leur utilisation industrielle. L’Homme est donc susceptible d’être exposé à de faibles concentrations de radionucléides via des aliments contaminés. L’impact d’une ingestion chronique d’uranium appauvri (UA) ou de césium-137 (137Cs) a été étudié sur le métabolisme hépatique et cérébral du cholestérol. En effet, le cholestérol est un composé essentiel en tant que constituant des membranes cellulaires et précurseur de nombreuses molécules physiologiques (acides biliaires, neurostéroïdes…). La perturbation de son métabolisme est associée à de nombreuses pathologies (athérosclérose, maladie d’Alzheimer…). Des rats ont ingéré quotidiennement une faible concentration d’UA ou de 137Cs pendant 9 mois. Pour chaque radionucléide, le modèle de référence (contaminé depuis l’âge adulte) et un modèle plus sensible (hypercholestérolémique ou contaminé depuis la vie foetale) ont été étudiés. Les effets affectent en majorité l’expression génique ou l’activité enzymatique. L’UA affecte une enzyme de catabolisme dans les deux modèles, ainsi que des transporteurs membranaires et des facteurs de régulation. Le 137Cs affecte principalement l’enzyme de stockage dans les deux modèles, ainsi que des apolipoprotéines, des enzymes de catabolisme et des facteurs de régulation. Aucun changement du bilan biochimique sanguin ni du taux de cholestérol tissulaire (foie/cerveau) n’est observé, quels que soient le modèle et le radionucléide.
Ainsi, une contamination interne chronique par l’UA ou le 137Cs induit des effets biologiques de niveau moléculaire sur le métabolisme du cholestérol, sans affecter son homéostasie ni l’état général de tous nos modèles expérimentaux.

Contact

Maâmar Souidi, co-directeur de thèse

Plus d'informations

Mémoire de thèse