SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Discrimination des effets chimiotoxiques et radiotoxiques de l’uranium : définition de marqueurs biologiques pour l’évaluation des risques professionnels dans l’industrie du nucléaire


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Carine DAROLLES, thèse de doctorat de l'université de la mediterranée Aix-Marseille II, facultés de médecine et de pharmacie, spécialité environnement et santé, 459 p., soutenue le 6 mai 2010.

Type de document > *Mémoire/HDR/Thèse

Mots clés > uranium apauvri, uranium enrichi, chimiotoxicité, radiotoxicité, génotoxicité, micronoyaux, FISH

Unité de recherche > IRSN/DRPH/SRBE/LRTOX

Auteurs > DAROLLES Carine

Date de publication > 06/05/2010

Résumé

La toxicité de l’uranium (U) résulte de la combinaison de ses propriétés chimiques, en tant que métal lourd, et de ses propriétés radiologiques, en tant qu’émetteur de rayonnements ionisants. L’identification de marqueurs biologiques permettant de discriminer pour un composé uranifère donné la part de sa toxicité chimique, de la part de sa toxicité radiologique, évite de sous-estimer les effets sur la santé des mélanges isotopiques ayant une faible activité spécifique et donc un faible impact en terme de dose tels que l’U appauvri en 235U. Les données de la littérature montrent que les meilleurs candidats pour répondre à cette problématique sont des marqueurs cytogénétiques.

La recherche de biomarqueurs de contamination par l’U a été mise en oeuvre sur trois modèles cellulaires (fibroblastes de souris, lymphocytes de rat et humains) exposés à divers mélanges isotopiques de l’U (diverses activités spécifiques). Le test des micronoyaux (MN) avec marquage centromérique a été réalisé afin de discriminer les effets chimiotoxiques des effets radiotoxiques de l’U.

Ces études révèlent que le seul dénombrement des cellules binucléées avec des MNx ne suffit pas à évaluer avec précision la génotoxicité de l’U. En revanche, les fréquences d’apparition de cellules binucléées avec des MNx centromères-négatifs ou avec un pont nucléoplasmique peuvent refléter le niveau des effets radiotoxiques de l’U. Par ailleurs, la numération des cellules binucléées avec des MNx centromères-positifs et des cellules mononuclées avec des MNx peut refléter le niveau des effets chimiotoxiques de l’U.

Ces marqueurs cytogénétiques validés sur différents modèles biologiques permettent de déterminer pour un mélange isotopique donné de l’U la part des effets génotoxiques liée à sa chimiotoxicité de la part des effets génotoxiques liée à sa radiotoxicité. Ces marqueurs biologiques pourraient compléter les marqueurs classiques de dosimétrie pour évaluer les conséquences de la contamination interne à l’U.

Contact

Fabrice Petitot, tuteur de thèse

Plus d'informations

Mémoire de thèse