SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Étude des mécanismes de transfert de nanoparticules au travers d une barrière de confinement dynamique


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Vincent Césard a soutenu sa thèse le 16 novembre 2012 à Nancy.

Type de document > *Mémoire/HDR/Thèse

Mots clés >

Unité de recherche > IRSN/DSU/SERAC/LECEV

Auteurs > CÉSARD Vincent

Date de publication > 16/11/2012

Résumé

Les travaux de thèse ont permis de quantifier l’efficacité de confinement de deux dispositifs distincts (un poste de sécurité microbiologique et une sorbonne classique) lors de la production simultanée de nanoaérosols et d’un gaz traceur (SF6). Deux techniques de mesure différentes ont été exploitées : la première basée sur la mesure de la distribution granulométrique de l’aérosol s’échappant (SMPS-C), l’autre reposant sur la détection de fluorescence d’échantillons prélevés (fluorescéine sodée utilisée comme marqueur des nanoparticules). Les résultats ont permis d’établir une forte corrélation entre le comportement d’un nanoaérosol et celui d’un gaz traceur lorsqu’ils sont émis simultanément dans une enceinte ventilée. Plus encore, on a observé une rétrodiffusion gazeuse quasiment deux fois plus importante pour le gaz traceur que pour les nanoparticules testées dans différentes configurations. Le dépôt ainsi que l’agglomération présents dans le cas du transport d’un nuage de nanoparticules peuvent expliquer ces écarts dans le niveau global de confinement obtenu. Cependant, ce constat n’est pas un gage de protection suffisante dans la mesure où il n’existe pas de valeur spécifique de référence lors de l’exposition à des nanoparticules. Il est alors utile de respecter les règles de bonne conduite qui ont été définies dans de nombreux guides INRS ou au travers de multiples études de l’IRSN. En plus de ces études expérimentales, le banc d’essai développé à l’INRS a fait l’objet d’une simulation numérique permettant de valider un modèle eulérien de transport et de dépôt implémenté dans un code de CFD destiné à modéliser le comportement d’un nanoaérosol. Les résultats numériques/expérimentaux sont concordants ; les ordres de grandeur des niveaux de confinement atteints sont comparables.