SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Collaborations scientifiques

La fédération de recherche ECCOREV

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

ECosystèmes COntinentaux et Risques EnVironnementaux

ECCOREV est une structure fédérative de recherche fondée sur la thématique « des écosystèmes continentaux et risques environnementaux », plus particulièrement appliquée aux territoires de la région méditerranéenne.

Créée le 1er janvier 2008, ECCOREV rassemble des laboratoires dont les compétences et les moyens complémentaires contribuent à développer l’interdisciplinarité dans le domaine de l’environnement. Elle permettra ainsi de répondre à des appels d’offre sur des problématiques complexes liées au réchauffement climatique, à la vulnérabilité des territoires, à la biodiversité des écosystèmes, à la remédiation des sites contaminés, à l’impact des modifications dans le tissu industriel, touristique et agricole, etc.
Pour les laboratoires, ECCOREV induit une double dynamique scientifique : d’une part, la résolution de problèmes environnementaux complexes grâce à la mise en commun des compétences des différentes unités de recherche ; d’autre part, l’émergence au sein de chaque laboratoire de nouveaux projets suscités par l’existence d’équipes différentes dans le réseau.
Enfin, pour les partenaires institutionnels et financiers, la fédération est un interlocuteur unique capable de fournir des réponses résultant de multiples travaux scientifiques pour une problématique à la croisée de plusieurs thématiques. Inversement, se fédérer donne aux laboratoires davantage de poids dans leur dialogue avec ces partenaires.

 

 

Objectifs de la fédération de recherche

 

L’environnement est un domaine à multiples facettes. Analyser les impacts du changement climatique implique de mettre en œuvre des disciplines aussi variées que l’hydrologie, la chimie, l’écotoxicologie, la microbiologie, l’économie, le droit ou la sociologie (pratiques agricoles, gestion des déchets…).
C’est pourquoi, en plus des sciences dites dures et des sciences naturelles, la fédération de recherche englobe les sciences humaines et sociales. Elle tend ainsi à favoriser les projets innovants dont l’objectif principal est de résoudre des problèmes liés aux risques en prenant compte tous leurs aspects qu’ils soient scientifiques, technologiques, juridiques, économiques et sociaux.

Les objectifs de ECCOREV peuvent se décliner comme suit : 

  • créer et animer un espace régional de recherche pluridisciplinaire, incluant les sciences humaines et sociales, autour des sciences traitant de l'environnement, pour constituer un pôle scientifique et technologique à visibilité nationale et européenne ; 
  • renforcer la visibilité de l'activité de recherche, favoriser l'animation scientifique et la formation ; 
  • promouvoir, soutenir et mener des projets de recherche pluridisciplinaire et leur valorisation scientifique et économique, en établissant des relations avec le tissu environnant ; 
  • proposer des modalités de gestion durable des ressources naturelles et des risques environnementaux ; 
  • permettre une utilisation optimale des moyens intellectuels et matériels ; 
  • solliciter des financements pour ses projets (ANR, Commission européenne...).

 

 

Le périmètre thématique d’ECCOREV

 

La fédération de recherche ECCOREV a pour ambition de mieux comprendre les interactions homme-nature sous l’angle des notions de risques et de vulnérabilité. ECCOREV applique ce questionnement à l’espace méditerranéen, territoire confronté à tous les aléas climatiques, excepté le volcanisme, et par ailleurs soumis à une forte pression anthropique. A la fois territoire de montagne et région maritime, cet espace sera certainement sensible aux effets du changement climatique de manière particulière.

ECCOREV a adopté un double parti pris.

Il s’agit, d’une part, de privilégier l’optique « vulnérabilité » en développant une approche à la fois pluridisciplinaire et systémique pour mieux comprendre les divers processus. Les projets de recherche devront notamment savoir associer les processus relevant de la physique, de la biologie et de la biogéochimie et les processus anthropiques.

D’autre part, ECCOREV oriente la recherche vers l’action, s’inscrivant délibérément dans une perspective de recherche finalisée. L’objectif est d’apporter des réponses aux « attentes sociales », des solutions techniques (remédiation, écotechnologie) et des outils fournis par le droit et les mécanismes d’incitation socio-économique pour agir. Pour cela, les interactions entre production de connaissances scientifiques et actions doivent être prises en considération : de la compréhension des processus apparaissent des besoins ou opportunités pour agir.

 

 

4 axes de recherche

 

Une animation scientifique interne aux différents laboratoires aura pour but l’émergence de projets fédérant plusieurs équipes. Pour favoriser les réflexions prospectives-projets et le croisement entre disciplines, la fédération ECCOREV a défini quatre axes de recherche et des « programmes mobilisateurs ». Etant donné le large spectre de la fédération, l’enjeu majeur de ces programmes est la transversalité entre les différentes thématiques de recherche. De plus, un financement spécifique est prévu pour créer des liens entre les équipes et mieux asseoir les relations entre sciences "dures" et sciences humaines et sociales.

 

Axe 1: Morphogenèse, risques naturels, variabilité climatique (Olivier Bellier, CEREGE)

  • Risques hydrologiques (étiage, crue) 
  • Risques sismiques 
  • Risques gravitaires et mouvements de terrains 
  • Variabilité climatique (passée, actuelle et future) 
  • Risques liés aux incendies de forêt

 

Axe 2: Vulnérabilité des écosystèmes terrestres et aquatiques (André Chanzy, INRA)

  • Maîtriser de manière durable les ressources (eau, sol, biodiversité) 
  • Anticiper et accompagner les effets du changement global 
  • Prévenir les risques liés à la perte de biodiversité, aux invasions biologiques, aux incendies

 

Axe 3: Ecodynamique et Toxicologie Environnementale (Wafa Achouak, CEA/CNRS)

  • Sensibilité des écosystèmes vis-à-vis des toxiques (comportement biogéochimique des contaminants dans les écosystèmes - évaluation du risque) 
  • Sensibilité du vivant vis-à-vis de la toxicité du polluant (mécanismes d’adaptation et transformation des toxiques, impact et mode d’action, identification des molécules cibles qui marquent l’intoxication)

 

Axe 4: Ecotechnologies et développement durable (Gilles Peltier, CEA)

  • Caractérisation, traitement et limitation des pollutions (détection, réhabilitation des sites, traitement des eaux, recyclage) 
  • Production d’énergies renouvelables (production d’hydrogène, biocarburants, exploitation de la biodiversité)

 

Programmes mobilisateurs transversaux 

  • Approche territoire (J. Dubois, Institut d’Aménagement Régional) 
  • Observatoire Homme-Milieu dans le bassin minier de Garadanne (P. Batteau, IAE)