SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Collaborations scientifiques

Le défi Needs

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Depuis avril 2012, la Mission interdisciplinarité du CNRS a démarré le défi Needs (Nucléaire : énergie, environnement, déchets, société), un programme français multi- et inter-disciplinaire sur le nucléaire. Il a deux objectifs principaux : d’une part améliorer la visibilité des travaux sur le nucléaire menés par le monde académique, les industriels et l’IRSN ; d’autre part intégrer à ces travaux les sciences humaines et sociales (SHS) afin d’introduire l’homme et la société dans les réflexions scientifiques et d’étudier la relation entre société, nature et technologie nucléaire.

 


Fonctionnement du programme

 

Needs est prévu pour durer cinq ans renouvelables. Il prend le relai du programme de recherche multi-organismes Pacen (Programme sur l’aval du cycle et l’énergie nucléaire), projet fédérateur des recherches sur le nucléaire au CNRS auquel l’IRSN prenait part dans le cadre du GNR Trasse.

 

Sept partenaires sont impliqués : le CNRS, le CEA, EDF, l'Andra, Areva, l'IRSN et le BRGM. Le programme est piloté par un Comité de concertation qui comprend, notamment, le directeur de Needs nommé par le CNRS, et des représentants des partenaires. Il s’appuie sur des avis du Conseil scientifique auprès duquel François Besnus, directeur de la thématique déchets-géosphère de l’IRSN, représente l’Institut. Le directeur scientifique de l’IRSN, Giovanni Bruna, est invité à y participer en tant qu’expert des problématiques de recherche sur le nucléaire.

 

Le programme Needs comporte sept projets fédérateurs cofinancés chaque année par les différents partenaires. Chaque projet fédérateur comprend un Conseil de projet fédérateur, une Direction de projet comprenant un directeur représentant le CNRS et un directeur représentant un des partenaires, et un Conseil scientifique. L’IRSN est impliqué dans quatre de ces sept projets fédérateurs et co-dirige le projet sur l’environnement.

 


Détail des projets fédérateurs

 

Les sept projets fédérateurs sont :

  • Impact des activités nucléaires sur l’environnement, co-financé par le CNRS, l’IRSN, EDF et l’Andra. Il a pour but d’améliorer la connaissance des conséquences environnementales liées à la présence ou aux rejets de substances radioactives et de toxiques chimiques en lien avec les activités du cycle du combustible nucléaire (des anciens sites miniers aux stockages de déchets). Il est co-piloté par l’IRSN et le CNRS, et implique l'Unité de recherche Environnement de l'IRSN dont six laboratoires prenant part à certains des 14 projets retenus en 2013 : le L2BT, le Lame, le Letis, le Lercm, le BRN et le LMRE.
  • Systèmes nucléaires et scénarios, co-financé par le CNRS, le CEA, Areva, l’IRSN et EDF. Il soutient des études et recherches sur les réacteurs innovants dans leur ensemble (cœur, conversion d’énergie, sûreté), ainsi que sur les données nucléaires d’intérêt et de la physique des réacteurs, les outils de simulation, l’instrumentation innovante et les scénarios nucléaires. Il implique l'Unité Sûreté nucléaire de l'IRSN dont cette année deux laboratoires : le LNC et le LNR et 24 projets ont été retenus en 2013.
  • Traitement et conditionnement des déchets radioactifs, co-financé par le CNRS, le CEA, Areva, l’IRSN, EDF et l’Andra. Il vise à développer des méthodes innovantes de caractérisation des déchets primaires ou des colis produits ainsi que des procédés innovants de traitement et de conditionnement des déchets radioactifs. Sept projets ont été retenus en 2013.
  • Nucléaire, risques et société, co-financé par le CNRS, le CEA, l’Andra et l’IRSN. Ce projet fédérateur a pour ambition de faire valoir l’importance des sciences humaines et sociales (SHS) dans la compréhension du nucléaire comme fait social et phénomène global ; de mobiliser de nouvelles équipes de recherche ; de soutenir des recherches innovantes ; d’encourager les démarches tirant parti du potentiel critique des SHS, et l’exploration de thématiques et terrains permettant de dépasser les approches de recherche appliquée ; enfin, de prendre en compte le caractère controversé des connaissances et décisions dans ce domaine et de respecter la diversité des positionnements des chercheurs. Six projets ont été retenus pour l’année 2013.
  • Comportement à différentes échelles des matériaux pour le stockage (MIPOR), co-financé par le CNRS, le CEA, l’IRSN, EDF, l’Andra et le BRGM. Il a pour but d’améliorer la connaissance des matériaux poreux naturels ou anthropiques (argilites, bétons, barrières et bouchons en argiles smectitiques, ...) susceptibles d’être en contact ou affectés par des perturbations hydriques, thermiques, mécaniques ou chimiques lors du stockage des déchets radioactifs. Le Letis de l'Unité Environnement est impliqué dans ce projet fédérateur qui regroupe 17 projets pour 2013.
  • Ressources : mines, procédés, économie, co-financé par le CNRS, le CEA et Areva. Il regroupe les domaines de la prospection et du traitement minier ainsi que la socio-économie liée à l’exploitation et à l’utilisation des ressources d’uranium ou de thorium. Il a pour objet de développer les approches fondamentales de la géologie de l’uranium et du thorium, de la physico-chimie de l’uranium et du thorium et des études prospectives et socio-économiques. Neuf projets ont été retenus en 2013.
  • Matériaux pour l’énergie nucléaire, co-financé par le CNRS, le CEA, Areva et EDF. Il a pour enjeu d’accroitre les connaissances sur les matériaux du nucléaire opérant en conditions extrêmes (température, irradiation, durée), du point de vue fabrication/élaboration, caractérisation microstructurale, mesures de propriétés, compatibilité avec l’environnement et comportement en irradiation. 16 projets ont été retenus pour l’année 2013.

Caractéristiques

Dates : 2012-2017 (renouvelable)

Financement : 2,5 M€/an

Partenaires : CNRS, CEA, IRSN, Andra, Areva, EDF, BRGM

Plus d'informations