SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Organisation de la recherche

Les collaborations scientifiques

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Collaborer est une longue tradition dans la recherche. Une mise en commun des cultures, des techniques, des compétences et des moyens qui permet à l’IRSN d’enrichir son approche scientifique des risques. Elles constituent une composante importante de la recherche de l’IRSN en stimulant une recherche efficace et inventive. Les moyens mis en oeuvre et les résultats obtenus, discutés et confrontés avec les pairs, alimentent le dialogue avec la communauté scientifique et participent ainsi au développement de réseaux. Pour les chercheurs de l'IRSN, ces collaborations sont de plus l’une des voies de leur reconnaissance par la communauté scientifique. La complexité et l’amplitude des recherches en sûreté nucléaire et en radioprotection allant grandissant, l’IRSN conçoit ses collaborations de plus en plus au niveau européen.

 

 

 

Prendre des initiatives pour consolider l’espace national, européen et international de la recherche dans le domaine des risques nucléaires et radiologiques.

 

Une implication active et cohérente de l’Institut dans les évolutions scientifiques, élaborées au niveau national, notamment dans le cadre des Alliances nationales de recherche, comme au niveau international, est promue pour initier des programmes scientifiques d’avant-garde au regard des enjeux à moyen et long terme. Les coopérations scientifiques initiées par l’IRSN doivent lui permettre de tirer le meilleur parti des instruments nationaux, européens et multilatéraux, comme les plateformes technologiques européennes ou les accords internationaux de recherche tels que ceux gérés dans le cadre de l’OCDE/AEN, de la Commission européenne ou de l’AIEA.

 

Les domaines dans lesquels l’IRSN veut être un acteur reconnu doivent être gréés en compétences scientifiques appropriées et ressources suffisantes. Être un acteur majeur signifie s’impliquer directement dans la réalisation, dans le cadre éventuel d’alliances, des programmes scientifiques d’ampleur (de recherche notamment).

 

 

Développer des partenariats académiques et participer activement aux Alliances nationales de recherche.

 

Un élément clé de la stratégie scientifique d’un organisme technique et scientifique (TSO) opérateur de recherche réside dans la qualité de ses partenariats académiques nationaux ou internationaux. L’Institut entend poursuivre le développement, largement engagé, d’une véritable stratégie partenariale avec des équipes ciblées à forte valeur ajoutée sur des thématiques amont de ses problématiques d’intérêt, y compris dans le cadre d’unités de recherche communes lorsque ce cadre s’avère plus adéquat pour développer, piloter et rendre visibles les travaux menés en commun. L'IRSN veille à sa présence active dans les Alliances nationales de recherche, et en priorité aux points suivants :

  • la pertinence et performance/visibilité scientifique des équipes avec lesquelles il collabore en vue de mettre en place des consortiums,
  • la mise en place d’accords-cadres autant que nécessaire à condition d’en garantir un suivi efficace (présence dans les instances de gouvernance) pour favoriser les échanges (sujets, personnes),
  • une contribution à la définition de finalités de recherche pour guider des travaux académiques collaboratifs,
  • favoriser, via ces collaborations, l’accès à des ressources externes (plateformes expérimentales, outils de calcul, données à caractère fondamental, compétences spécifiques) et l’ouverture des plateformes de l’IRSN.

 

 

 

Développer autant que nécessaire la collaboration avec les industriels, les exploitants nucléaires et les acteurs du secteur médical.

 

Hormis sur les questions dont il juge devoir se saisir en toute indépendance, l’IRSN entretient des liens scientifiques forts avec les industriels, les exploitants nucléaires et le secteur médical en cohérence avec sa démarche d’éthique et de déontologie. Dans sa démarche, l'Institut se donne les priorités suivantes :

  • s’assurer une connaissance de terrain des problèmes de sûreté, sécurité et radioprotection rencontrés par les industriels et les exploitants et partager les enjeux majeurs des évolutions industrielles futures,
  • s’efforcer d’obtenir les données indispensables à la validation des outils de calculs utilisés en contre-expertise,
  • sensibiliser ces acteurs sur les questions à fort enjeu et les faire bénéficier de ses connaissances en la matière,
  • entretenir un cadre collaboratif clairement défini et partagé pour mener des travaux scientifiques ciblés sur les questions de recherche d’intérêt commun,
  • proposer aux acteurs économiques pertinents les résultats innovants issus de ces travaux.