SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

 

Programmes de recherche en radioprotection

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Dans la page ci-dessous sont détaillés quelques programmes de recherche en cours sur l'impact de la radioactivité dans l'environnement et sur la santé.

Alpha-Risk, projet de recherche du 6ème PCRD est coordonné par le Laboratoire d’épidémiologie de l’IRSN (LEPID). Il a débuté en juillet 2005 pour 3 ans. Il compte 18 partenaires spécialistes de diverses disciplines (épidémiologie, dosimétrie, statistiques et modélisation) de 9 pays.

Etablir un état des lieux de la radioécologie en Europe et évaluer la faisabilité d’un réseau d’excellence en radioécologie

Le projet européen ERICA (Environmental Risk for Ionising Contaminants : Assessment and Management) du 6ème PCRD-Euratom a pour objectif de mettre en place une méthode d'évaluation du risque environnemental associé aux radionucléides.

Initié en 2001, ENVIRHOM a pour objectif d’observer les effets des expositions chroniques à très faible niveau en associant les spécialistes de l’homme et de l’environnement. Il s’agit d’étudier les phénomènes d’accumulation des radionucléides sur des écosystèmes et des personnes.

Les conséquences pour l’homme et l’environnement d’une pollution d’origine industrielle, et notamment radioactive, sont plus ou moins pénalisantes en fonction de l’importance et de la nature de cette pollution, mais aussi des caractéristiques de l’environnement qui la subit. C’est à partir de ce constat que le projet Sensibilité (SENSIB) a été lancé en 2004 au Laboratoire d'études radioécologiques en milieu continental et marin (LERCM) de l’IRSN. Voir aussi la description du projet PRIME, partie de SENSIB.

Le projet EXTREME, lancé en 2005, est dédié à l’étude des transferts de matières (notamment des stocks de radioactivité artificielle) lors des des épisodes météo climatiques paroxystiques. Deux projets nourrissent par leurs résultats le projet EXTREME : le projet CARMA (fonctionnement hydro-sédimentaire de la région rhodanienne) et le projet EXTREMA (qui élargit le champ d’EXTREME aux contaminants métalliques sur la zone côtière de la Méditerranée)

Pour l'étude des phénomènes et des mécanismes de transfert que suivent les radionucléides présents dans les milieux géologiques proches de la surface ou en profondeur jusqu'à la biosphère.

Le programme TOURNEMIRE regroupe toutes les expérimentations réalisées dans la station de Tournemire (Aveyron) et les interprétations correspondantes. Il s’agit d’un tunnel creusé dans une argilite très indurée, de propriétés voisines de celles du site sélectionné dans l’est de la France par l’ANDRA pour l’installation d’un laboratoire souterrain d’études.

La plate-forme expérimentale de Tchernobyl est une zone de 4 hectares située au voisinage d’une des anciennes tranchées creusées à la hate pour enterrer des terres et débris contaminés par l’accident et dotée des moyens nécessaires aux recherches sur la migration des radionucléides dans le sol et vers les plantes.