SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Les unités de recherche

Laboratoire de dosimétrie biologique (LDB)

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

​Dernière mise à jour en novembre 2016

Le Laboratoire de dosimétrie biologique (LDB), situé à Fontenay-aux-Roses et dirigé par Céline Baldeyron, est constitué de 6 chercheurs et 3 techniciennes. Ses principaux objectifs sont de caractériser et modéliser les effets des rayonnements ionisants au niveau de la chromatine et d’étudier comment les lésions qui en résultent sont prises en charge par la cellule. D’autre part, certaines conséquences des dommages radio-induits au niveau de l’ADN sont utilisées comme marqueurs biologiques en cas d’exposition aux rayonnements ionisants afin d’estimer la dose reçue.

 

 

Contexte et thématiques de recherche

 

Le LDB est à la fois un laboratoire de recherche et d’expertise :
  • Ses activités de recherche s’inscrivent dans les objectifs de l’Institut et visent à comprendre les effets biologiques des rayonnements ionisants notamment au niveau de la chromatine en cas d’irradiation externe et/ou de contamination interne.
  • Son activité d’expertise a pour objectif de reconstituer la dose reçue par une personne exposée aux rayonnements ionisants quel que soit le type d’irradiation. Deux techniques sont mises en œuvre: (i) le dénombrement des chromosomes dicentriques quand la dosimétrie est réalisée dans un court délai après irradiation et (ii) le dénombrement des translocations par FISH (Fluorescent In Situ Hybridization) quand ce délai est supérieur à 4 mois.

L’estimation de la dose à partir de la mesure des chromosomes dicentriques (cytogénétique conventionnelle) est une activité accréditée Cofrac selon la norme NF EN ISO/CEI 17025 depuis 2007.


Axes de recherches
 
Afin de mieux connaître les mécanismes à l'origine des effets associés aux rayonnements ionisants au niveau de l’ADN, les missions du LDB s’organisent selon trois axes principaux.

  • Contribuer à la recherche sur la relation causale entre les effets précoces et les effets tardifs des rayonnements ionisants (Programme Rosiris). La nature des dommages cellulaires radio-induits initiaux dépend de la manière dont  l’énergie d’une particule ionisante se dépose au sein d’une cellule et donc des caractéristiques physiques de cette particule. Le niveau de complexité des dommages de l’ADN influe sur leur gestion par la cellule et donc potentiellement sur le devenir de cette dernière ou de sa descendance. Dans ce programme, le LDB s’attache à établir des liens entre la modélisation biophysique des événements précoces radio-induits et leurs conséquences tardives au niveau moléculaire et cellulaire en étudiant la distribution, la signalisation et la réparation des dommages initiaux de l’ADN ainsi que la restauration de l’architecture de la chromatine en fonction du type de rayonnement ionisant. Pour ce type d’étude, le LDB utilise un large panel de source de rayons ionisants, tels qu’à l’IRSN les générateurs de rayons X de basse énergie (irradiateur Sarrp-Xstrahl) ou de haute énergie (accélérateur linéaire Alphée) et le microfaisceau d’ions légers (Mircom), ou à l’extérieur les microfaisceaux du PTB (Physikalisch-Technische Bundesanstalt) en Allemagne ou de la plateforme Aifira à Bordeaux et l’accélérateur du Ganil (Grand accélérateur national d’ions lourds) à Caen.

  • Accroitre nos connaissances sur les effets des rayonnements ionisants sur l’ADN lors d’une contamination interne (aigue ou chronique). Dans ce travail, le LDB vise à développer et valider des outils de cytogénétique moléculaire et d’immunohistologie, afin d’une part, d’améliorer l’évaluation de la dose reçue et de sa distribution au niveau cellulaire en fonction du type de radionucléide (notamment le césium-137 et le tritium) et d’autre part, de mieux en évaluer les effets génotoxiques (aberrations chromosomiques, cassures double-brin de l’ADN, mort/senescence cellulaire…) associés à ce type d’exposition sur l’organisme.

  • Améliorer, maintenir et développer l’activité d’expertise en dosimétrie biologique. Le LBD a effectué depuis 1992 plus de 300 expertises pour des surexpositions aux rayonnements ionisants avérées ou suspectées et a obtenu en 2007 une accréditation Cofrac pour son activité en analyse cytogénétique conventionnelle. Le laboratoire maintient son excellence par sa participation dans des réseaux nationaux et internationaux de dosimétrie biologique. Cette participation permet d’effectuer une veille sur les nouvelles technologies, d’évaluer leur application opérationnelle pour reconstituer la dose reçue quelle que soit le scénario d’irradiation (externe, hétérogène, localisée, ancienne, accident de grande ampleur) et le cas échéant de les ajouter à son portefeuille de méthodes opérationnelles.

 
Spécialités et chercheurs  

Céline Baldeyron, reponsable de laboratoire
Géraldine Gonon, chercheuse
Éric Grégoire, chercheur
Gaëtan Gruel, chercheur
Sandrine Roch-Lefèvre, chercheuse
Aurélie Vaurijoux, chercheuse, doctorante (4e année)
Amélie Fréneau, doctorante (1e année)
Delphine Dugué, technicienne
Cécile Martin-Bodiot, technicienne
Pascale Voisin, technicienne

 
Équipements et techniques
Afin de mener à bien ses programmes de recherche et d’expertise, le laboratoire est équipé :
  • d’une plateforme comprenant 8 microscopes automatisés et couplés à des systèmes d’analyse d’image permettant de mesurer différents paramètres biologiques (comptage automatisé de chromosomes dicentriques, imagerie à haut débit…).
  • d’une plateforme de génomique
  • d’une pièce de culture cellulaire permettant la mise en culture du sang humain (laboratoire de confinement de type L2).


Partenariats et réseaux de recherche
Réseaux internationaux :

Collaborations internationales :
  • CNL (Canadian Nuclear Laboratories) au Canada
  • CPHR (Center for Radiation Protection and Hygiene) à Cuba


Collaborations nationales :

  • Plateforme Aifira (Applications interdisciplinaires de faisceaux d'ions en Région Aquitaine) du CENBG à Bordeaux
  • CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives)
  • IRBA (Institut de recherche biomédicale des armées)

Publications et thèses

Programmes de recherche

Équipements et installations

​Irradiateur à rayons X autoprotégé (SARRP-Xstrahl)
Accélérateur linéaire de type médical (Alphée)
Irradiateur microfaisceau d’ions (Mircom - Microfaisceau d’Ions dédié à la radiobiologie des communications intra et intercellulaires)

Contact

 
IRSN
PRP-HOM/SRBE/Laboratoire de dosimétrie biologique
BP 17
92262 Fontenay aux Roses Cedex
 
Tél. : +33 (0)1 58 35 72 60