SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Cartographie prédictive du potentiel d'exhalation du radon-222 à la surface des sols : exemple d'application dans le Massif armoricain.


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

GÉRALDINE IELSCH, MICHEL CUNEY

Environnement, Risques & Santé - Vol. 3, n° 1, janvier-février 2004, pp35-43

Type de document > *Article de revue

Mots clés > cartographie, évaluation du risque, géologie, radon

Unité de recherche > IRSN/DEI/SARG/LERAR

Auteurs > IELSCH Géraldine

Date de publication > 20/04/2004

Résumé

Le radon-222 (222Rn), gaz radioactif naturel, est produit par la désintégration du radium-226 descendant de l'uranium-238 présent dans les roches et les sols. Le radon peut s'accumuler dans les bâtiments et l'inhalation du radon et de ses descendants constitue un risque sanitaire potentiel pour l'homme. Afin de pouvoir aider à la gestion de ce risque, il apparaît alors nécessaire de prévoir les zones où la densité des bâtiments à forts niveaux de Rn est susceptible d'être la plus importante. C'est pourquoi des recherches menées depuis plusieurs années ont permis de développer une méthodologie de cartographie prédictive du potentiel d'exhalation du Rn à la surface des sols. La démarche repose sur une caractérisation précise des principaux paramètres géologiques et pédologiques locaux, qui influencent la source du radon ainsi que son transport jusqu'à l'interface sol/atmosphère. La méthodologie est validée à partir de mesures in situ du flux de radon à la surface des sols. L'interprétation des données est réalisée par combinaison d'une analyse cartographique croisée des paramètres dans un système d'informa­tion géographique (SIG) et d'un modèle simplifié du transport vertical du radon par diffusion dans l'espace poral du sol. Ce code, appelé TRACHGEO, calcule le flux de radon attendu en surface, à partir des propriétés chimiques et physiques de la roche et de la couverture de sol sus-jacente. Nous exposons ici notre retour d'expérience suite à l'application de cette approche sur une zone d'environ 3 000 km2 située dans le Massif armoricain. Nous discutons de la validité des prévisions obtenues et de l'utilisation de telles située dans le Massif armoricain. Nous discutons de la validité des prévisions obtenues et de l'utilisation de telles cartes de potentiel en tant qu'outils d'aide à la gestion du risque lié au radon dans les bâtiments existants ou futurs.