SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Pics d'accélération du mouvement sismique observés lors du séisme de Chichi à Taiwan : application à l'estimation de l'aléa sismique.


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Tsui-Yu Chang, Fabrice Cotton, Jacques Angelier, Tzay-Chyn Shin C.R. Acad. Sci., Paris, Sciences de la terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences, 333 (2001) 45-55.

Type de document > *Article de revue

Mots clés > séismes, aléa sismique, effet de site

Unité de recherche > IRSN/DEI/SARG/BERSSIN

Auteurs >

Date de publication > 01/12/2001

Résumé

L'évaluation de l'aléa sismique fait largement appel à des lois d'atténuation, permettant d'estimer les pics d'accélérations de séismes éventuels en un lieu donné. Ces lois, largement simplifiées, ne sont acceptables qu'en première approximation, car elles ignorent généralement divers paramètres locaux et régionaux. Nous examinons les relations accélération-distance à partir d'exemples tirés du dense réseau accélérométrique de Taiwan, notamment pour le séisme destructeur de Chichi. Nous mettons ainsi en évidence des écarts importants entre les accélérations prédites et observées, notamment pour trois types de situations (saturation sismique de champ proche, amplification dans les bassins sédimentaires, effet de compartiment chevauchant). Les cartes des résidus obtenus (différences entre pics d'accélération observés et prédits) révèlent le rôle important de la structure régionale, indépendamment connue par l'étude géologique, qui modifie la transmission des accélérations sismiques. Abstract Analysis of peak ground accelerations during the Chichi earthquake, Taiwan: application to seismic hazard evaluation. Attenuation laws are widely used in order to estimate the peak ground acceleration that may occur at a given locality during an earthquake, for hazard evaluation purposes. However, these simplified laws should be regarded acceptable only in the first approximation, because numerous significant parameters at the local and regional scales are often ignored. We examined the relationship between distance and peak acceleration based on examples from the dense accelerometric network of Taiwan, specifically for the Chichi destructive earthquake. We thus observed significant discrepancies between the predicted and observed accelerations, resulting from : (1) near-field saturation, (2) amplification in sedimentary basins, and (3) hanging wall effect. We mapped the residual accelerations (difference between observed and predicted peak ground accelerations). This highlights the role of the regional structure, independently reveaIed by the geological analysis, as a significant factor that controls the transmission of the seismic accelerations.