SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Transfert du radiocésium du sol vers la plante : une étude en lysimètre.


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

F. Bréchignac, C. Madoz-Escande, S. Staunton Les éléments traces métalliques dans les sols. Approches fonctionnelles et spatiales. Chapitre 31, pages 523 à 536 - INRA éditions.

Résumé

Le radiocésium présent dans l'environnement provient de plusieurs sources. Les plus importantes sont les essais nucléaires atmosphériques des années cinquante et soixante, qui ont causé une contamination à l'échelle globale, et l'accident survenu à Tchernobyl en 1986, qui a contaminé à divers degrés la plupart des pays européens. Les autres sources, d'importance beaucoup plus réduite, proviennent d'autres accidents et des émissions tolérées des centrales nucléaires qui ont agi sur des zones très restreintes. Comme les périodes radioactives (le temps nécessaire pour une diminution de moitié de la radioactivité) des deux radio isotopes présents dans l'environnement sont assez longues (2 ans pour 134Cs et surtout 30 ans pour 137CS), il est nécessaire de prévoir leur devenir à long terme. Les risques pour la santé humaine sont très majoritairement dus à l'exposition interne par ingestion et donc liés à leur entrée dans la chaîne alimentaire. En effet, l'exposition externe au rayonnement du radiocésium pose rarement de problème sanitaire, sauf dans le cas extrême de la zone d'exclusion de 30 km autour de Tchernobyl. Pour permettre une prévision fiable et à long terme du devenir du radiocésium dans l'environnement, il est nécessaire d'identifier chaque étape de son entrée dans la chaîne alimentaire et d'évaluer son importance. Même si des lacunes notables existent encore, certains aspects du devenir du radiocésium dans le sol sont aujourd'hui bien connus. Une brève revue de l'état actuel des connaissances est nécessaire pour donner le contexte et les limites de cette investigation. Des revues plus exhaustives sont données par Coughtrey et Thorne (1983), Desmet et al. (1990) et Staunton (1997). Nous allons restreindre nos considérations aux écosystèmes terrestres.