SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Quantifications des flux solides rhôdaniens à l’embouchure : apports de la Durance pendant la crue exceptionnelle de mai 2008


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Estimations of the Rhône solid fluxes near the river mouth: Inputs of the Durance during the extreme flood of May 2008

 

Houille Blanche / Numéro 5, Octobre 2010, Pages 72-80

Type de document > *Article de revue

Mots clés >

Unité de recherche > IRSN/DEI/SESURE/LERCM

Auteurs > MARION Cédric, MAILLET Grégoire, ARNAUD Mireille, EYROLLE Frédérique

Date de publication > 01/10/2010

Résumé

Le projet EXTREMA propose d’étudier les processus naturels générateurs de flux évènementiels de matière ainsi que leur impact sur la redistribution des polluants au sein des différents compartiments de la géosphère. L’étude présentée ici se focalise sur la zone de transition entre fleuve et littoral microtidal. Elle a pour objectif de déterminer les répercussions de phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes comme les crues et les tempêtes sur la sédimentation en zone prodeltaïque, reconnue comme zone de stockage principale des apports fluviaux.

Deux campagnes de prélèvement, menées à l’embouchure du Grand Rhône en mars et en octobre 2008, ont permis de prélever des carottes dans l’interface sédimentaire du lobe prodeltaïque à 6 mois d’intervalle. Cette période a été marquée par trois crues notables aux mois d’avril, mai et septembre, entre 3000 m3.s-1 et 4200 m3.s-1, pour un débit moyen annuel d’environ 1700 m3.s-1. Ces crues ont transporté de fortes charges solides dans la colonne d’eau, jusqu’à 1 g.l-1 alors que la concentration moyenne est de 50 mg.l-1 environ. Les dépôts de crue sont parfaitement identifiables au travers de l’analyse des spectres granulométriques et des concentrations en 7Be mesurées dans les carottes prélevées après les crues.

L’étude comparative des dépôts entre les deux périodes d’échantillonnage montre que les crues ont entraîné le dépôt de 34 à 43 cm de sédiments entre les isobathes 20 et 30 mètres. Elle permet de proposer un bilan sédimentaire qualitatif et quantitatif des transferts solides en période de crue (charge de fond et MES).