SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Caractérisation de l'occupation des territoires autour des installations nucléaires pour l'évaluation des risques sanitaires


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Titre du congrès :SFSP 2007 Ville du congrès :Montpellier Date du congrès :22/11/2007

Type de document > *Congrès/colloque

Mots clés >

Unité de recherche > IRSN/DEI/SESURE/LERCM

Auteurs > CHARTON Julie, CLAVAL David, DURAND Vanessa, MAURAU Sylvaine, MERCAT-ROMMENS Catherine

Date de publication > 24/11/2007

Résumé

  Les conséquences d’une pollution dépendent de l’importance et de la nature de celle-ci, mais aussi de l’environnement qui la reçoit. Qu’elles s’expriment en termes économiques, de toxicité ou de  risques sanitaires, ces conséquences seront plus ou moins pénalisantes suivant les caractéristiques et l’usage par l’homme du milieu touché. Ainsi, les différents milieux : agricoles, forestiers, fluviaux, marin … présentent des sensibilités différentes vis-à-vis d’une pollution. Par exemple, la sensibilité des milieux agricoles provient de l’atteinte de la chaîne alimentaire par contamination du sol, des plantes cultivées et des animaux d’élevage. Pour chaque grande composante environnementale, différents facteurs, naturels ou anthropiques, déterminent les possibilités de transfert d’une pollution vers l’homme.
La qualité de scénarios réalistes d’exposition dans l’évaluation de risques sanitaires est liée à la connaissance de ces facteurs et notamment à leur quantification. Les évaluateurs soulignent le caractère régional, voire local de ces données, mais l’information est souvent éparpillée et/ou sous une forme inadaptée au cadre des études conduites. Quant à l’acquisition ponctuelle de données, elle ne bénéficie pas à l’heure actuelle d’une méthodologie partagée et reproductible.
Afin de mutualiser les efforts d’acquisition de ces données, l’IRSN (projet SENSIB) et EDF (projet MOERES) se sont associés pour développer une démarche de caractérisation de l’occupation des territoires autour des installations nucléaires. Par occupation du territoire, on entend principalement l’occupation agricole des sols (type de productions végétales, présence et caractérisation des troupeaux, pratiques d’irrigation) et l’utilisation des ressources en eau (captages AEP, puits …).
En 2007, une étude pilote teste les éléments de cette démarche (enquête de terrain, rayon d’étude, CD-rom de reconnaissance visuelle pour les enquêteurs, géoréférencement des captages pour l’AEP et l’agriculture, création d’une base de données cartographiques). Cette démarche vise à être pérennisée et étendue à différents sites nucléaires et à d’autres caractéristiques territoriales (comme les comportements alimentaires).