SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Les radionucléides marqueurs des apports solides du Rhône à la mer Méditerranée : Sources, puits et devenir


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Titre du congrès :ORME Observatoire Régional Méditerranéen sur l'Environnement Ville du congrès :Montpellier Date du congrès :04/06/2007

Type de document > *Congrès/colloque

Mots clés > Méditerranée, radionucléides artificiels, sédiments, stockages sédimentaires, traceurs

Unité de recherche > IRSN/DEI/SESURE/LERCM

Auteurs > ARNAUD Mireille, EYROLLE Frédérique

Date de publication > 04/06/2007

Résumé

Depuis une décennie, la radioactivité artificielle des eaux du Rhône aval a considérablement diminué en raison de la réduction des quantités rejetées par le centre de retraitement du combustible irradié de l'usine COGEMA de Marcoule. Néanmoins, les stocks de radioactivité artificielle, constitués pendant près de 50 ans dans les diverses zones d'accumulation sédimentaire du fleuve et de son embouchure, représentent des termes sources retardés d'éléments radioactifs dont la contribution est aujourd'hui d'autant plus importante que les rejets liquides des installations nucléaires sont en diminution. Si au cours du temps, les éléments radioactifs à vie courte ont disparu de ces stockages par simple décroissance radioactive, les éléments radioactifs à vie moyenne ou longue, tels que le 137Cs, le 60Co, l'241Am et les isotopes du plutonium, persistent dans certaines zones d'accumulation sédimentaires. La contribution de ces stocks sédimentaires sur les niveaux de radioactivité artificielle des eaux du Rhône est observable lors des épisodes de crue. Celles-ci peuvent générer par exemple une augmentation de plus de deux ordres de grandeur des activités volumiques en 137Cs dans les eaux du Rhône aval par mise en suspension de matières solides marquées, générer, et conduire en quelques jours seulement, plus de 60 % des flux annuels de 137Cs à la mer. Bien que des stockages soient observés dans les marges fluviales (berges), le compartiment de stockage prépondérant des contaminants est principalement le prodelta. Les taux d'accumulation élevés rencontrés dans l'aire prodeltaïque devraient conduire à un enfouissement rapide des stocks. Néanmoins, les épisodes évènementiels de crues et de tempêtes, particulièrement fréquents dans cette zone et aujourd'hui en recrudescence, génèrent des remobilisation et translocation importantes. Une instrumentation du débouché du Rhône a débuté à l'automne 2006 afin de mieux comprendre le fonctionnement hydro-sédimentaire de cette région sous influence directe des apports rhodaniens.