SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Origines et niveaux d’activités des radionucléides artificiels dans les eaux du Rhône (France) au cours des quarante dernières années : vers une évaluations de la sensibilité radioécologique des systèmes aquatiques continentaux de surface.


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

F. EYROLLE, D. LOUVAT, J.-M. MÉTIVIER, B. ROLLAND
Radioprotection 2005, N°40, 435-446

Type de document > *Article de revue

Mots clés > radionucléides, Rhône/Vallée du Rhône, rivière, sensibilité

Unité de recherche > IRSN/DEI/SESURE/LERCM

Auteurs > EYROLLE Frédérique, METIVIER Jean-Michel

Date de publication > 20/12/2005

Résumé

Le basin versant du Rhône s’étend sur près de 100 000 km2, soit un cinquième du territoire français métropolitain. Le Rhône avec un débit moyen annuel de l’ordre de 1700 m3 s-1 est le fleuve principal de la mer Méditerranée occidentale apportant une partie considérable de sédiments et d’eau douce (50 %). Les apports de ce fleuve gouvernent la production primaire et le fonctionnement de l’écosystème marin dans l’ensemble du Golf du Lion. Près de vingt installations nucléaires sont implantées dans la vallée rhodanienne. La vallée est ainsi le siège de l’une des plus fortes concentrations d’industries nucléaires en Europe. Durant de nombreuses années, l’usine de retraitement du combustible irradié de Marcoule a représenté le terme source prépondérant de radioactivité artificielle pour les eaux du Rhône avec notamment des rejets liquides en isotopes du plutonium. La radioactivité artificielle observée dans le fleuve provient également du drainage des sols de son bassin versant marqué par les retombées des tirs et de l’accident de Tchernobyl. Ces apports ont conduit à une contamination quasi permanente des eaux du Rhône mais évolutive. Des séries chronologiques sur les activités en radionucléides artificiels sur la période de 1979 à 2002 permettent de mettre en évidence diverses réponses du système aquatique rhodanien au cours du temps et de définir un certain nombre de facteurs de sensibilité radioécologique pour les eaux de surface du milieu aquatique continental.