SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Projet EXTREMA Episodes météo-climatiques extrêmes et redistribution des masses sédimentaires et des polluants associés au sein d’un système côtier Rapport de lancement


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Rapport DEI/SESURE n°2007-40

Résumé

Le 9 juin 2006, l’Agence Nationale de la Recherche a émis un Appel à Projet (AAP) sur le programme « Vulnérabilité – Climat et milieux », ciblé sur la vulnérabilité des milieux au changements globaux, qu’ils soient d’origine climatique ou anthropique.

En fonction des thèmes et des orientations de recherches, des recommandations et des critères d’élligibilité des projets énoncés dans l’AAP (Annexe 1), le laboratoire SESURE/LERCM a répondu en partenariat avec le CEntre de Formation et de Recherche sur l’Environnement Marin (CEFREM, Université de Perpignan CNRS UMR 5110), le Centre Européen de Recherche et d’Enseignement des Géosciences de l’Environnement (CEREGE, Université Paul Cézanne Aix-Marseille III CNRS UMR 6635), l’IFREMER et le Laboratoire d’Aérologie du Pôle d’Océanographie Côtière de l’Observatoire Midi-Pyrénées (LA, Toulouse CNRS UMR 5560).

 

Le projet déposé, EXTREMA, a été retenu pour financement par l’ANR en novembre 2006 et a été labellisé par les pôles de compétitivité ‘Mer PACA’ à vocation mondiale et ‘Gestion des Risques et Vulnérabilité des Territoires’ à vocation nationale.

 

EXTREMA reprend les objectifs du projet EXTREME en élargissant toutefois son champ d’investigations d’une part, aux contaminants métalliques stables (Cu, Pb, Cd et Hg) et aux polluants organiques persistants (POPS), et, d’autre part, à La Têt et dans le Golfe du Lion, jusqu’au canyons sous marins en marge du plateau continental. EXTREMA inclut enfin une forte composante modélisation qui permettra d’élaborer de manière prédictive les conséquences du changement global sur la répartition des stocks de contaminants à l’échelle de l’ensemble du Golfe du Lion pour les 20 à 30 prochaines années. Ces travaux seront développés sur la base des modèles hydro-sédimentaires du LA de Toulouse et du modèle ARPEGE de météo France, sur la base du scénario de changement climatique A2 de l’IPPC.

 

Ce rapport présente le dossier tel qu’il a été déposé à l’ANR le 23 août 2006.