SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Détermination de l'iode 129 dans des matrices environnementales par activation neutronique et spectrométrie gamma-X directe.


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

C. Fréchou*, D. Piccot, A. Gaudry, P. Bouisset, X. Cagnat, D. Calmet Proceedings des Journées Techniques de la CETAMA : mesures et analyses dans les matrices environnementales et biologiques. 14-15 septembre 1999 - Cadarache. * étudiant en contrat de thèse au laboratoire. p.63-73

Type de document > *Article de revue, *Congrès/colloque

Mots clés > métrologie des traces de radioactivité, iode, méthode de mesure

Unité de recherche > IRSN/DEI/STEME/LMRE

Auteurs > BOUISSET Patrick

Date de publication > 15/09/1999

Résumé

L'iode 129 est produit naturellement par l'action des rayonnements cosmiques sur le xénon et par la fission des éléments lourds comme l'uranium 238. Cet isotope à vie longue, 16 millions d'années, a un rapport à l'iode stable 129I/127I pour la période pré nucléaire estimé entre 10-9 et 10-12 selon les auteurs. L'iode 129 est également produit artificiellement. Il a été créé lors des essais d'explosions d'engins nucléaires dans l'atmosphère et est rejeté dans les effluents, liquides et gazeux, des usines de retraitement de combustibles nucléaires irradiés. Il est donc présent dans l'atmosphère, l'hydrosphère et la géosphère et, compte tenu de sa période longue, se comporte quasiment comme un élément stable. Ainsi, il est intégré dans tous les compartiments biologiques de l'environnement à des niveaux très variables selon leur localisation et la capacité des espèces à métaboliser cet élément. La mesure de 129I et du rapport 129I/127I dans des matrices environnementales, nécessite donc de disposer de techniques qui couvrent une large gamme de concentrations. L'activation neutronique accompagnée d'une radiochimie (RNAA) est considérée comme la méthode de référence pour la mesure du rapport 129I/127I depuis les années 1950. Elle repose sur l'irradiation d'une source associée à une radiochimie pré- et post-irradiation et permet de descendre à des limites de détection de l'ordre de 10-10 à 10-12. Une méthode de mesurage de l'iode 129 par spectrométrie gamma-X directe avec correction d'auto-atténuation a été récemment mise au point au LMRE/Orsay. Ce travail présente la validation du mesurage par spectrométrie gamma-X directe par la comparaison des résultats obtenus par les deux techniques sur différentes matrices végétales prélevées sur un site soumis à l'influence des rejets de l'usine de retraitement de la Hague. Une comparaison des performances respectives des deux techniques est également présentée et une approche méthodologique est suggérée pour l'analyse de 129I dans des échantillons issus de l’environnement.