SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Le Césium dans l'environnement - CHAPITRE 4 : ATMOSPHERE


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

D. Calmet, J.C. Philippot, J.P. Melquiond, et E. Barker Le Césium, de l'environnement à l'homme, EDP Sciences, Les Ulis (France). collection IPSN Chapitre 4/Atmosphère - p.49/62.

Type de document > *Ouvrage/Contribution ouvrage (papier ou CD-Rom)

Mots clés > césium

Unité de recherche > IRSN/DEI/STEME/LMRE

Auteurs > BARKER Evelyne

Date de publication > 01/11/2000

Résumé

Depuis 1945, le développement des activités, tant industrielles que militaires, utilisant des matières radioactives a conduit à la libération, volontaire et accidentelle, dans l'environnement du 137Cs. À l'échelle mondiale, les activités militaires concernant les essais d'explosion dans l'atmosphère de dispositifs nucléaires ont conduit, de 1945 à 1980, à la libération et à la dispersion d'importantes quantités de 137Cs dans les deux hémisphères. Le 26 avril 1986, l'accident du réacteur n° 4 de la centrale de Tchernobyl a également entraîné la libération d'une quantité appréciable de 134Cs et de 137Cs initialement présents dans le combustible du réacteur. Les retombées atmosphériques associées à l'incendie qui suivit l'explosion du réacteur, bien que très limitées dans le temps, ont touchés une grande partie des régions de l'Europe du Nord, des États Unis et ont été détectées jusqu'au Japon. Les expérimentations militaires d'armes nucléaires dans l'atmosphère ont justifié la mise en place, dès 1958, d'un réseau de mesure de la radioactivité des aérosols et des précipitations collectés en France, en particulier des activités alpha et bêta global ainsi que du 90Sr et du 137Cs. Plus tard, les rejets d'effluents gazeux faiblement radioactifs dus au développement progressif de l'industrie nucléaire ont conduit au renforcement de ce réseau de mesure. Basé sur des prélèvements d'aérosols tous les cinq jours de 1959 à 1968, le suivi de la radioactivité atmosphérique a ensuite été réalisé avec une fréquence de prélèvements décadaires à partir de 1969. Le fonctionnement de cet observatoire permanent de radioactivité a permis d'obtenir un grand nombre d'informations sur les niveaux d'activité des radionucléides dans l'atmosphère, dont ceux relatifs au 137Cs. L'arrêt des essais d'explosion d'engins nucléaires dans l'atmosphère et la baisse des niveaux d'activité des effluents industriels autorisés à être rejetés dans l'environnement se sont traduits par une décroissance régulière au cours du temps des niveaux de radioactivité artificielle au sein des différentes composantes de l'environnement.