SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Détermination du tenseur de conductivité radiative d'un coeur dégradé par la RDFI


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :


Titre du congrès :NURETH-12 (Nuclear Reactor Thermal Hydraulics)
Ville du congrès :Pittsburg
Date du congrès :30/09/2007

Résumé

L'objectif de cet article est de calculer le tenseur de conductivité radiative d'un coeur de Reacteur à Eau sous Pression (REP) dégradé durant un transitoire d'accident grave à partir de propriétés radiatives locales. Le coeur, composé de crayons de combustibles parallèles, est considéré comme un milieu poreux. La phase fluide est considérée transparente et la phase solide opaque. Les images d'un faisceau de crayons de combustible endommagés ont été obtenu durant le programme expérimentale PHEBUS-PF mis en oeuvre par l'Institut français de Radioprotection et de Sureté Nucléaire (IRSN) en collaboration avec des partenaires internationaux. Les images contiennent des géométries représentatives du coeur durant un scénario d'accident grave. Une série complète d'image de tomographies gamma permet d'obtenir une géométrie complete en trois dimension d'un coeur dégradé. Le coefficient d'extinction d'un milieu semi-transparent équivalent continu est obtenu par la méthode d'Identification des Fonctions de Distribution Radiative (RDFI) (Tancrez and Taine, 2004) pour plusieurs morphologies de coeur dégradé. Un coeur réel peut être considéré comme un milieu optiquement épais à l'échelle du centimètre ce qui permet d'appliquer le modèle de conductivité radiative. Une méthode des petites perturbations appliquée à l'Equation de Transfert Radiatif (RTE) avec le coefficient d'extinction précedemment obtenue et une hypothèse d'isotropie de la fonction de phase permet de calculer le tenseur. L'écart au propriétés d'un coeur intact est également analysé.