SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

CAMELIAS : outil de gestion d'un ensemble complexe de postes de spectrométrie γ pour le suivi en ligne d'une simulation d'accident grave de réacteur dans le cadre du programme Phébus PF


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

L. Pantera et B. Cornu.
Journées de spectrométrie γ et X 2002 INSTN 15, 16 et 17 octobre 2002, CEA Saclay.
Publié dans le Bulletin du Bureau National de Métrologie

Type de document > *Congrès/colloque

Mots clés > accident grave, Phébus PF (programme), spectrométrie

Unité de recherche > IRSN/DPAM/SEREA

Auteurs > CORNU Bernard

Date de publication > 15/10/2002

Résumé

Le suivi en ligne du comportement des produits de fission libérés lors d’une expérience PHEBUS PF est constitué par un ensemble de sept postes de spectrométrie γ supervisés par un réseau informatique. Ces postes génèrent environ 20000 spectres γ par expérience. Ces spectres sont obtenus dans des conditions de mesure difficiles (haut taux de comptage, environnement nucléaire contraint et grande diversité de configurations). L’objectif est de fournir des mesures de spectrométrie γ quantitative. La mise en oeuvre parfois complexe des modèles d’auto-atténuation ainsi que le volume important de données à gérer nous a conduits à réfléchir à l’élaboration d’une méthode souple et générique de mise en oeuvre de ces mesures. Nous procédons à un étalonnage sur site des postes de spectrométrie γ. La méthode utilisée nous permet de traiter tous les cas avec la même logique de mesure sur site, de calcul et d’environnement informatique : c’est l’application CAMELIAS.

La méthode d’étalonnage est basée sur l’utilisation d’un étalon linéaire permettant de ramener les calculs 3D à des calculs 2D pour le calcul de la fonction d'efficacité étalon et de la fonction de collimation. Un calcul complémentaire permet alors de passer des résultats obtenus selon la géométrie de l’étalon « scrutateur » à une calibration de la géométrie réelle de la source. Pour centraliser et garantir la cohérence de la quantité importante de données d’étalonnage recueillies, un système de gestion de base de données relationnel est utilisé. L’obtention des coefficients d’auto-atténuation des sources réellement mesurées est basé sur un modèle simple d’atténuation en ligne droite.
Cette méthode, qui présente l'avantage d'être généralisable, est par ailleurs appliquée aux mesures différées effectuées sur les prélèvements et les dispositifs expérimentaux de l’ensemble des programmes pilotés par le laboratoire, au moyen de postes annexes.