SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Transfert gaz-liquide dans une enceinte où les deux phases sont macroscopiquement immobiles


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

P. March1, R. Didierlaurent2, A. Zoulalian3. Engineering and Processing Volume 43, Issue 11 , November 2004, Pages 1429-1434 Special Issue on Gas-Liquid and Gas-Liquid-Solid Reactor Engineering.

Type de document > *Article de revue

Mots clés > accidents dans les REP, accident grave, Phébus PF (programme), SISYPHE (installation), transfert de masse

Unité de recherche > IRSN/DPAM/SEREA/LEA

Auteurs > MARCH Philippe

Date de publication > 05/06/2004

Résumé

Dans le cadre du développement de codes pour la simulation d’un accident grave sur un réacteur à eau sous pression, (REP), un programme expérimental a été réalisé à l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire pour étudier les cinétiques de transfert de masse des produits de fission. Les essais ont été menés sur l’installation Sisyphe qui représente une enceinte de réacteur à eau sous pression à une échelle réduite (1/5000).

Un objectif de ce programme est la détermination des coefficients de transfert de masse entre l’eau du puisard et l’atmosphère de l’enceinte, grâce à des méthodes d’absorption dynamique où l’oxygène est utilisé comme simulant des produits de fission volatils.

Dans les conditions expérimentales étudiées (enceinte isotherme à 90°C), la détermination du coefficient partiel de transfert de masse en phase liquide ne pose pas de difficulté, et dans le cas où les phases gazeuse et liquide sont macroscopiquement immobiles, ce coefficient vaut kL = 3.0 x 10-5 m/s.

Le coefficient de transfert en phase gazeuse est déterminé par absorption de l’oxygène dans une solution de sulfite de sodium, en présence ou non de catalyseur. Cette méthode montre que le coefficient de transfert apparent dépend à la fois des concentrations de sulfite et de catalyseur. Pour des concentrations suffisantes de réactifs et de catalyseur, ce coefficient tend vers une valeur limite (10-4 m/s) qui devrait correspondre à la valeur du coefficient partiel de transfert de masse kG de l’oxygène dans le gaz à 90°C.

(1) IRSN
(2) Student, UHP Nancy 1
(3) UMR INRA 1093, UHP Nancy 1