SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Les accidents radiologiques : bilan établi à l'IRSN par la cellule médico-sanitaire


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

V. Chambrette, JC. Nénot Congrès SFRP, Tours 19-21 juin 2001

Type de document > *Congrès/colloque

Mots clés > radioprotection, accident

Unité de recherche > Cellule médico-sanitaire (CMS)

Auteurs > CHAMBRETTE Valérie

Date de publication > 19/06/2001

Résumé

La Cellule Médico-Sanitaire (CMS), créée en 1999 au sein de l’IRSN, a pour mission de répondre aux demandes d’avis concernant la santé des individus et des populations, en cas de suspicion d’exposition accidentelle aux rayonnements ionisants. Elle coordonne les actions et les compétences de l’IRSN relatives aux aspects médicaux et sanitaires dès lors qu’une expertise pluridisciplinaire est requise. Dans le cadre de ses missions, elle a pour objectif de dresser un bilan des accidents d’origine radiologique afin d’en tirer les enseignements et d’établir un retour d’expérience. La base documentaire informatique de ces événements établie par la CMS, reprend des données acquises à l’IRSN au cours de ses propres expertises, mais également des informations issues d’un travail de recherche bibliographique. Des travaux similaires de recensement ont été menés par divers instituts ou comités (Institut Curie, AIEA, UNSCEAR…) mais présentent chacun leurs propres caractéristiques selon l’origine des données et l’objectif du travail. La base de données élaborée par la CMS présente 13 champs (date, lieu, catégorie d’accident, nature de la source, nombre d’exposés, nombre de décès….) renseignés pour chaque événement répertorié et permet des recherches par tri selon un critère choisi. Ce bilan dressé par la CMS permet d’établir un certain nombre de faits marquants. Depuis 1945, approximativement 400 événements sont recensés, dont une soixantaine ont entraîné le décès de 160 personnes. Les sources d’origine industrielle, principalement émettrices de rayonnements de type X ou g, sont responsables du plus grand nombre d’accidents. Toutes origines confondues, les surexpositions sont à 50% de type localisé et peuvent conduire à des amputations de membres.