SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Reconstitution a posteriori des expositions professionnelles aux rayonnements ionisants. Incertitudes liées aux seuils de détection des dosimètres


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Marie-Alice TELLE-LAMBERTON, E. AUPERIN, J. CHEMALI, Dominique BERGOT Revue de Médecine du Travail, tome XXV, n° 1, 1998, p. 37-41

Type de document > *Article de revue

Mots clés > épidémiologie, travailleurs nucléaires

Unité de recherche > Laboratoire d'épidémiologie et d'analyse du détriment sanitaire (LEADS)

Auteurs > TELLE-LAMBERTON Maylis

Date de publication > 01/01/1998

Résumé

La reconstitution a posteiori des expositions dans le cadre d'études de cohortes professionnelles pose de nombreux problèmes. Le secteur nucléaire, malgré un contexte a priori favorable, puisqu'un suivi individuel de l'exposition externe aux rayonnements ionisants des travailleurs y est réalisé depuis 1950, n'échappe pas à la règle. Dans le cadre d'une étude de cohorte historique sur les liens entre l'exposition aux faibles doses de rayonnement et la mortalité par cancer des travailleurs du Commissariat à l'Energie Atomique (CEA), de COGEMA et de sept de leurs filiales, il s'est avéré nécessaire d'analyser l'évolution de la technologie et des pratiques de dosimétrie. Son influence pouvait en effet être non négligeable sur les valeurs de doses enregistrées. L'influence des pratiques a été décrite en détail dans Telle et al. 1996. L'accent sera mis ici sur un aspect particulier : les incertitudes liées aux seuils de détection des dosimètres. On appelle seuil de détection la première valeur de dose détectable par un dosimètre donné. Il dépend de la technique de mesure utilisée et décroit avec les progrès technologiques réalisés au cours du temps. Ces seuils, associés à la fréquence de port du dosimètre (hebdomadaire en 1950, mensuelle plus récemment), entrainent une incertitude sur les doses annuelles. L'objectif de ce travail est d'estimer l'incertitude liée aux seuils des dosimètres sur un échantillon d'individus suivis au CEA entre 1957 et 1962.