SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Développement d’une approche locale pour réduire les contaminations par blessures par des composés industriels d’uranium chez le rat


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

P. HOUPERT, V. CHAZEL, F. PAQUET

6ème Colloque international de radiobiologie fondamentale et appliquée, Batz (France) 30 juin-4 juillet

Type de document > *Congrès/colloque

Mots clés > radioprotection, radiotoxicologie

Unité de recherche > Laboratoire d'études appliquées de radiotoxicologie (LEAR)

Auteurs > HOUPERT Pascale, PAQUET François

Date de publication > 04/07/2003

Résumé

L’objectif de ce travail est de développer une nouvelle approche permettant de décontaminer partiellement des blessures après contamination par des composés industriel d’uranium, entre le moment de la contamination et l’arrivée du patient à l’infirmerie. Un pansement et un gel associés ou non à des chélateurs de l’uranium, ethane-1-hydroxy-1,1-biphosphonate (EHBP) et l’acide carballylic amido bis phosphonique (CAPBP) ont été testés in vitro sur des muscles et in vivo chez le rat après dépôts d’oxydes d’uranium. Le pansement et le gel, composés d’hydrocolloïdes de carboxymethylcellulose, ont été appliqués sur des modèles de blessures quelques minutes après la contamination. L’incorporation de chélateurs n’a pas augmenté l’efficacité des traitements et les meilleurs résultats ont été obtenus avec le pansement. In vivo, en une heure le pansement absorbe 30 et 60 % d’un composé UO4 déposé dans des zones respectivement intra et intermusculaire. Après dépôt intermusculaire, l’efficacité du pansement ne diminue pas quand le temps de contact pansement-blessure diminue de 1 heure à 15 minutes. Ce pansement pourrait être une option pratique pour décontaminer partiellement des blessures contaminées à l’uranium, même si son efficacité dépend de la localisation du dépôt d’uranium.

Plus d'informations