SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Le Flt-3 ligand plasmatique, un bioindicateur pronostic de l'atteinte radio-induite à la moelle osseuse


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

JM Bertho, J.Frick, C.Demarquay, JP Laporte, J.Aigueperse, N.C. Gorin, P.Gourmelon Congrès SFRP, Tours (France), 19-21 juin 2001 Congrès de la Société Française d'Hématologie, Paris (France), 4-6 mars 2001 5iéme CIRFA, Autrans (France), 18-22 juin 2001

Résumé

A la suite d'une irradiation accidentelle, le choix entre différents traitements du syndrome hématopoïétique dépend essentiellement de l'estimation de l'étendue des dommages radio-induits à la moelle osseuse. Récemment, il a été montré que la concentration dans le sérum du FIt3-ligand (FL), une cytokine agissant sur les cellules immatures de la moelle osseuse, est fortement augmentée lors des aplasies médullaires induites ou acquises. Ceci nous a suggéré que le FL pourrait être un bio-indicateur de l'atteinte radio-induite à la moelle osseuse. Afin de vérifier cette hypothèse, un ensemble de travaux a été initié dans un modèle de primate non-humain. Tout d'abord, le niveau de base du FL a été déterminé. Les résultats montrent un taux de FL de l'ordre de 112±19 pg/ml, sans variation en fonction de l'âge ou du sexe des animaux. Nous avons ensuite suivi les variations de FL chez des animaux irradiés entre 2 et 8 Gy (rayonnement gamma, 60Co, débit de 0,1 Gy/min). Les résultats montrent que la concentration de FL dans le plasma augmente dès le deuxième jour après irradiation, avant même la diminution des polynucléaires circulants. Par la suite, l'évolution de la concentration plasmatique de FL est en image inversée du nombre de globules blancs circulants. La concentration de FL, au 5ème jour après irradiation est directement corrélée à la durée de la période de latence, ainsi qu'à la durée et à la profondeur de d'aplasie, mais aussi à la dose d'irradiation. D'autre part, la baisse de la concentration de FL précède de quelques jours la sortie d'aplasie et la réapparition des éléments figurés du sang. Le suivi de la concentration plasmatique de FL permet donc de prédire l'évolution du syndrome hématopoïétique chez l'animal. Des résultats similaires sont retrouvés chez l'homme, dans une étude préliminaire faite chez des patients recevant une greffe de moelle osseuse. L'ensemble de ces études devrait permettre à terme, de valider le suivi du FL comme bio-indicateur de l'atteinte radio induite à la moelle osseuse en situation d'irradiation accidentelle.