SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Dosimétrie d'extrémités pour les applications médicales : Principaux résultats du contrat européen CONRAD


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :


Titre du congrès :SFRP - Journées "La dosimétrie individuelle des travailleurs et des patients : mise en oeuvre et perspectives" - 2008
Ville du congrès :Paris
Date du congrès :27/05/2008

Résumé

Certaines applications médicales des rayonnements ionisants sont associées à des doses reçues par le personnel au niveau des extrémités potentiellement élevées. Dans le cas de la médecine nucléaire, de la radiologie interventionnelle, de la cardiologie interventionnelle et de la curiethérapie, les extrémités, en particulier les mains des praticiens, peuvent être les organes limitants vis-à-vis des limites de dose réglementaires. En pratique, le suivi dosimétrique d'extrémités est effectué au moyen de dosimètres mesurant l'équivalent de dose individuel Hp(0,07), considéré comme un estimateur de la dose équivalente à la peau pour laquelle la limite annuelle réglementaire est fixée à 500 mSv. En toute rigueur, la mesure de Hp(0,07) doit être faite sur le cm² de peau recevant la dose la plus élevée, ce qui constitue la principale difficulté de ce suivi dosimétrique. En effet, durant la préparation et l'injection de produits radiopharmaceutiques dans le cas de la médecine nucléaire, ou au cours d'une intervention complexe en radiologie / cardiologie interventionnelle, il est difficile de connaître a priori la partie des mains qui reçoit la dose la plus élevée. De plus, la distribution de dose sur la main peut varier durant une procédure donnée et aussi entre différentes personnes réalisant la même procédure. Il faut également noter que les extrémités les plus exposées peuvent ne pas être les mains mais les pieds comme il l'a été observé pour certaines procédures interventionnelles. D'autres difficultés associées à la dosimétrie des extrémités résident dans le fait que le dosimètre doit occasionner une gêne minimale à l'opérateur, il doit être adapté au champ de rayonnements auquel il est exposé, compatible avec le port de gants médicaux et, si nécessaire, supporter les protocoles de stérilisation. L'objectif du groupe de travail 7 (WP7) du contrat CONRAD (coordinated network for radiation protection dosimetry) du 6ème programme cadre de la Communauté Européenne sur la période 2005-2008 était de promouvoir et de coordonner des activités de recherche pour l'évaluation des expositions professionnelles du personnel médical. Le sous-groupe 1 (SG1) de WP7 s'est axé sur la dosimétrie d'extrémités en médecine nucléaire (MN), radiologie et cardiologie interventionnelles (RI, CI), et curiethérapie (CT). Ces postes de travail impliquent soit la manipulation de sources X,  ou  de haute activité (par exemple 99mTc, 201Tl, 131I, 18F, 90Y en MN, 192Ir, 137Cs en CT), soit l'exposition prolongée à une source de rayonnements X (rayonnements X filtrés de 60–100 kV en RI, CI). Les travaux menés par SG1, dont les principaux résultats seront présentés, ont consisté à effectuer (1) un état des lieux sur l'utilisation des dosimètres d'extrémités pour quelques pays européens (2) une revue des différentes études publiées dans la littérature et (3) une intercomparaison des dosimètres d'extrémités utilisés en Europe.