SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Etude par RPE de la réponse de différents matériaux en champ mixte (gamma,neutron), application à la reconstitution dosimétrique d'accident


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Titre du congrès :SFRP Ville du congrès :Nantes Date du congrès :14/06/2005

Type de document > *Congrès/colloque

Mots clés >

Unité de recherche > IRSN/DRPH/SDE/LDRI

Auteurs > BOTTOLLIER-DEPOIS Jean-François, CLAIRAND Isabelle, HERVE Marie-Laure, TIKUNOV D., TROMPIER François

Date de publication > 16/06/2005

Résumé

La reconstitution de la dose par spectrométrie RPE, basée sur des matériaux issus de la victime (dent, tissu osseux, etc.) ou de son environnement (sucre dans une poche, médicament, etc.), a déjà été utilisée avec succès lors d’accidents radiologiques dus à une exposition aux photons ou aux électrons. Une exposition accidentelle peut également se produire avec une composante neutronique comme ce fut le cas par exemple lors de l’accident de criticité de Tokai Mura en 1999. Peu de publications sont dédiées à l’étude de la réponse aux neutrons de matériaux fournissant un signal RPE, et celles-ci concernent
principalement l’émail dentaire. Par ailleurs, pour les matériaux biologiques tels que l’émail dentaire ou les tissus osseux, la nature invasive du prélèvement limite le champ d’application de cette technique. D’autres matériaux recueillis à proximité de la victime peuvent également être utilisés, comme les saccharides ou les dérivés de saccharides.
Dans ce contexte, différents types de saccharide ou de dérivés de saccharide (glucose, galactose, fructose, mannose, lactose, saccharose, acide ascorbique et sorbitol) ont été étudiés afin de déterminer les matériaux permettant d’estimer les niveaux d’exposition en champ mixte (n,g).
La dose en certains points, obtenue par spectrométrie RPE, par exemple au niveau d’une dent, d’un échantillon d’os ou d’un matériau présent dans la poche de la victime, n’est pas une donnée suffisante pour déterminer la distribution de la dose dans l’organisme. Ainsi, dans la deuxième partie de ce travail, un ensemble de facteurs de conversion de dose a été déterminé permettant, à partir d’un ensemble de situations types simulées par un code de
calcul Monte Carlo, d'estimer la dose corps entier ou aux organes à partir d’un ou de plusieurs points de mesure RPE (sucres, dents, os).