SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Le nouveau dosimètre passif de l'IRSN


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Titre du congrès :SFRP Ville du congrès :Reims Date du congrès :19/06/2007

Type de document > *Congrès/colloque

Mots clés >

Unité de recherche > IRSN/DRPH/SDE/LSDOS

Auteurs > FRABOULET Patrice

Date de publication > 21/06/2007

Résumé

Le laboratoire de surveillance dosimétrique de l'IRSN utilise actuellement plusieurs techniques de dosimétrie passive. Si parmi les différentes techniques employées, la dosimétrie par film photographique est de loin la plus utilisée, elle est également la moins pérenne en raison de l'évolution que connaît l'industrie du film argentique. C'est dans ce contexte que l'IRSN a engagé fin 2005 une démarche pour remplacer cette technique avec notamment la réalisation d'une étude comparative des différentes techniques de dosimétrie existantes. Dans un premier temps, une étude de marché a consisté à dresser le paysage de la dosimétrie passive en Europe et dans le monde. Des informations pertinentes en termes de répartition des techniques utilisées, de positionnement par rapport à la disparition du film dosimétrique et d'attente des clients s'en sont dégagées. Ce travail a été complété par une analyse de différentes publications et communications sur ce sujet. Parallèlement, des tests sous rayonnement ont été réalisés dans nos laboratoires afin de comparer la réponse des dosimètres utilisant la technique par thermoluminescence (TLD), par luminescence stimulée optiquement (OSL) et par radio photo luminescence (RPL). Les critères étudiés étaient notamment la réponse en énergie, la réponse en dose et la réponse angulaire. Les résultats des tests ont été globalement satisfaisants et relativement homogènes sur l'ensemble des techniques étudiées. Le dosimètre RPL s'est cependant démarqué par la performance de ses résultats métrologiques liée notamment à la nature intrinsèque du détecteur utilisé. De plus, la forte homogénéité des lots de détecteurs, la possibilité de relecture sans perte d'information et la quasi absence de fading font du RPL un dosimètre aux performances remarquables en parfaite adéquation avec les exigences réglementaires et les attentes des utilisateurs. Par ailleurs, grâce à la possibilité d'acquisition des mesures sur quinze plages simultanément (cinq points de lecture à trois profondeurs différentes dans le détecteur), ce dosimètre permet de fournir au médecin du travail ou à la personne compétente en radioprotection des informations complémentaires sur la nature et l'énergie des rayonnements responsables de l'exposition en cas d'incident ou d'accident et ce, y compris à très forte dose. D'autre part, ce dosimètre conserve un des gros avantages du film dosimétrique : la possibilité de produire et donc d'archiver une image de la dose. Enfin, cette analyse a été complétée par une approche économique et financière rigoureuse, qui s'est intéressée au coût global d'exploitation du dosimètre et à sa simplicité de mise en ½uvre dans le cadre d'une exploitation à grande échelle. Au total, cette étude multiparamétrique a mis en évidence que le dosimètre RPL était le plus adapté pour le remplacement du film dosimétrique. Elle nous conforte dans l'idée, qu'avec le RPL, l'IRSN sera en mesure de fournir un dosimètre capable de garantir un suivi dosimétrique de très grande qualité à tous les professionnels exposés aux rayonnements ionisants. L'IRSN proposera ce nouveau dosimètre à un très bon rapport qualité/prix dès la fin de l'année 2007.