SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Incidents de radioprotection signalés à l'ex-OPRI en 1998 et 1999.


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

C. Challeton-de Vathaire, Patrice Boisson, Emmanuelle Dubuquoy, Michel Bourguignon, Marc Valero, Alain Biau, Radioprotection , Vol 39, EDP sciences 2004.

Type de document > *Article de revue

Mots clés > contamination, irradiation

Unité de recherche > IRSN/DRPH/SDI/LEDI

Auteurs > BIAU Alain, BOISSON Patrice, CHALLETON DE VATHAIRE Cécile

Date de publication > 01/12/2004

Résumé

En 1998 et 1999, 160 incidents susceptibles d’avoir entraîné une exposition externe ou interne de travailleurs ou de membres du public et ayant fait l’objet de mesures et/ou d’estimations individuelles ont été signalés à l’ex-OPRI, organisme dont une partie a fusionné avec l’Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire (IPSN) en 2002 pour former l’IRSN. Cette étude décrit les caractéristiques de ces incidents en termes de lieu de survenue, circonstances de découverte et conséquences prévisibles ou réelles. L’analyse statistique de ces évènements montre une grande diversité des lieux de survenue, les principaux secteurs étant l’industrie nucléaire (57% des incidents), les laboratoires de recherche (19%) et le secteur médical (14%). Au total, 369 personnes ont été concernées par ces 160 incidents et parmi celles-ci, 305 pour des suspicions de contamination, 54 pour celles d’irradiation et enfin 10 pour une suspicion de contamination et d’irradiation concomitantes. Les mesures réalisées ont confirmé la contamination chez la moitié des personnes concernées. En ce qui concerne le risque d’irradiation, sur 64 personnes susceptibles d’avoir été exposées, 34 ont reçu une dose non nulle, supérieure à 50 mSv pour quatre d’entre elles. Compte tenu de la fréquence des incidents de contamination, il serait souhaitable de développer des études spécifiques sur les radionucléides concernés, en particulier ceux utilisés dans les laboratoires de recherche et dans le domaine médical afin d’améliorer l’expertise en cas d’incident dans ces secteurs.