SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Les effets biologiques des expositions chroniques à des radionucléides et leurs impacts sur la santé

(janvier 2011)

DES RECHERCHES permettant d'évaluer les risques liés à des radionucléides et leurs impacts sur la santé

Le programme de recherche expérimentale ENVIRHOM-Santé ou Comprendre les effets d’une contamination chronique à faibles doses de radionucléide sur la santé

Le cerveau : un nouvel organe cible de l’uranium

Le système de détoxication des xénobiotiques est-il affecté par une exposition chronique à l’uranium ?

Ingestion chronique de césium 137 en situation post-accidentelle

Exposition chronique au césium 137 : Etudes expérimentales et épidémiologiques

La métabolomique : Application en radiotoxicologie

Les perspectives du programme ENVIRHOM-Santé

Les perspectives du programme ENVIRHOM-Santé


Isabelle Dublineau

responsable du laboratoire de radiotoxicologie expérimentale à l'IRSN

Les expériences menées au Laboratoire de Radiotoxicologie Expérimentale (LRTOX) dans le cadre du programme de recherche ENVIRHOM ont montré qu’une contamination chronique par un radionucléide, même à faible dose, induit des effets biologiques sur différents organes et différents systèmes physiologiques. Suite à une ingestion chronique d’uranium, des effets sur le rein, le foie, l’intestin, le cerveau, les gonades sont en effet observés, conduisant à des modifications de grands systèmes physiologiques : métabolisme du fer, du cholestérol, des xénobiotiques, de la vitamine D, des hormones stéroïdiennes, ainsi que sur les fonctions cognitives, la fonction de reproduction et l’immunité.
Ces résultats scientifiques conduisent à un changement des concepts en radiotoxicologie : la cinétique d’accumulation de l’uranium dans les organes n’est pas équivalente à celle qui résulterait d’une succession d’expositions aigues ; le concept d’organe comme cible biologique unique pour l’uranium doit être reconsidéré par un concept d’organes et de fonctions cibles multiples dans le cas d’une contamination interne chronique ; les perturbations des métabolismes majeurs et des fonctions cognitives et reproductives indiquent des effets biologiques non-cancéreux potentiels. Ces effets sont principalement observés au niveau moléculaire (ARNm, protéines, activité enzymatique) ou niveau cellulaire, et ne conduisent pas au développement de pathologies.
Ces effets biologiques observés dans les limites de l'homéostasie découlent probablement d’une réponse adaptative normale de l’organisme suite à une contamination interne chronique faible dose.

Jusqu'à présent le programme ENVIRHOM s’est focalisé principalement sur trois systèmes physiologiques (métabolismes, système nerveux central, immunité) dans un modèle expérimental de contamination (rongeur adulte sain) après exposition à deux types de radionucléide (uranium ou césium-137). Ses perspectives sont maintenant d’élargir les recherches en termes de systèmes physiologiques étudiés (métabolisme osseux, système vasculaire), de modèles expérimentaux dits plus sensibles (animaux en croissance ou prédisposés à une pathologie), et d’étendre ces études à d’autres radionucléides susceptibles d’être également présents dans l’eau de boisson ou la chaîne alimentaire (strontium, tritium…). L’acquisition de ces données descriptives permettra d’élargir les connaissances sur la nature et l’importance des effets biologiques de type non-cancéreux dus à une exposition chronique à des radionucléides.

Les travaux présentés reposaient jusqu’à présent sur une dose unique de référence supra-environnementale mais non toxique (40 mg/L). Il est maintenant nécessaire de déterminer les seuils d’apparition des effets biologiques en fonction de leur niveau d’atteinte. Il est notamment important de connaître les effets délétères (et non les seuls effets moléculaires), car ce sont eux qui sont utilisés pour déterminer les seuils de toxicité. Deux seuils seront déterminés : soit le seuil qui n’induit pas d’effet délétère (NOAEL, No Observed Adverse Effect Level) soit le seuil pour lequel les premiers effets délétères sont observés (LOAEL = Lowest Observed Adverse Effect Level). Des études de relation effet-dose seront donc entreprises avec une gamme de concentrations des radionucléides plus étendue, avec des faibles et des fortes concentrations englobant la dose référentielle du programme ENVIRHOM-Santé (40 mg/L). Cette extension des gammes de doses est la seule façon de répondre aux besoins de l’expertise concernant l’éventuelle révision des normes nationales et internationales pour les niveaux des radionucléides présents dans les eaux destinées à la consommation humaine.

Par ailleurs, l’ensemble des résultats obtenus après une contamination chronique par l’uranium ou par le césium indique l’induction d’effets biologiques de type moléculaire ou cellulaire dans de nombreux systèmes physiologiques, sans effets délétères et sans induction de pathologie. Cela suggère la mise en place d’une réponse adaptive de l’organisme, se situant dans les limites de l’homéostasie. Cette hypothèse sera vérifiée, notamment dans un modèle dit de réversion, qui permettra d’évaluer si les effets biologiques observés sont maintenus après l’arrêt de la contamination.

Les effets inattendus de l’uranium sur certains systèmes physiologiques et plus particulièrement sur le système nerveux central posent la question des mécanismes d’action directs ou indirects de l’uranium. Nous nous emploierons donc à rechercher ces mécanismes pouvant expliquer les effets de ce radionucléide sur la mémoire, le sommeil ou l’anxiété (neurogenèse et transmission synaptique).

L’ensemble de ces études permettra de répondre à de nombreuses questions posées à l’origine du programme ENVIRHOM-santé, qui étaient notamment de décrire et de comprendre les effets biologiques induits par une contamination interne chronique par des radionucléides sur la santé.

Fermer

Envoyer à un ami

Les coordonnées que vous indiquez dans cette page sont à usage unique et ne sont pas conservées.

Emails de vos destinataires :  

Signez avec votre nom :  

Précisez votre adresse email :   

Joindre un message :

Souhaitez-vous recevoir une copie de ce mail ?

Envoyer

Annuler