SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Les effets biologiques des expositions chroniques à des radionucléides et leurs impacts sur la santé

(janvier 2011)

DES RECHERCHES permettant d'évaluer les risques liés à des radionucléides et leurs impacts sur la santé

Le programme de recherche expérimentale ENVIRHOM-Santé ou Comprendre les effets d’une contamination chronique à faibles doses de radionucléide sur la santé

Le cerveau : un nouvel organe cible de l’uranium

Le système de détoxication des xénobiotiques est-il affecté par une exposition chronique à l’uranium ?

Ingestion chronique de césium 137 en situation post-accidentelle

Exposition chronique au césium 137 : Etudes expérimentales et épidémiologiques

La métabolomique : Application en radiotoxicologie

Les perspectives du programme ENVIRHOM-Santé

Le programme de recherche expérimentale ENVIRHOM-Santé ou Comprendre les effets d’une contamination chronique à faibles doses de radionucléide sur la santé

Le programme ENVIRHOM-santé

L’IRSN a développé depuis 2003 un programme de recherche dénommé ENVIRHOM-Santé ciblé sur les effets des faibles doses1 de rayonnements ionisants sur l’homme. Son but est d’apporter des réponses sur la nature et l’importance des effets biologiques de type non-cancéreux dus à une exposition chronique à des radionucléides, exposition qui peut se prolonger sur une vie entière.

Les études mises en place dans ce programme permettront dans un premier temps d’obtenir de nombreuses données expérimentales concernant les effets d’une exposition chronique sur les grandes fonctions physiologiques de l’organisme (métabolisme, fonctions cognitives, reproduction, immunité…). Ces données pourront dans un deuxième temps consolider et compléter le système de radioprotection de l’homme contre les effets des radionucléides dans le cas d’exposition chronique.

Enfin, l’objectif à long terme est de s’appuyer sur ce type de données pour répondre aux besoins d’expertise dans le domaine de l’évaluation des risques sanitaires au niveau national et international. En résumé, ce programme de recherche expérimental a pour objectifs :

  1. de définir la nature et l’amplitude des effets biologiques de type non-cancéreux dus à une exposition chronique à de faibles concentrations de radionucléides ;
  2. de déterminer à partir de quel(s) seuil(s) ces réponses biologiques apparaissent ;
  3. de préciser si les effets biologiques observés conduisent à des effets délétères patents.

Pour répondre à ces objectifs, les études expérimentales in vivo mises en place reposent sur des contaminations de plusieurs mois de rongeurs (rat et souris) via l’ingestion d’eau de boisson contenant des concentrations de radionucléides proches des niveaux environnementaux. Les conditions de contamination visent ainsi à reproduire des situations potentielles d’expositions de la population autour des installations du cycle électronucléaire en situation normale ou post-accidentelle.

figure 1

figure 1

Les différentes situations d'exposition et radionucléides pris en compte dans le programme ENVIRHOM-Santé (partie gauche de la figure)

De plus, afin de prendre en compte l’hétérogénéité de l’exposition des populations à ces faibles contaminations environnementales, plusieurs modèles de contamination sont mis en place : modèle adulte (contamination à partir du stade adulte), modèle post-natal (contamination dès la naissance), ou modèle in utero (début de contamination pendant la vie fœtale), ou modèle pathologiques (hypercholestérolémie, Alzheimer).

Différents radionucléides sont étudiés dans le cadre de ce programme. A ce jour, les études se sont concentrées sur l’uranium, soit sous forme appauvrie, naturelle ou enrichie en uranium-235 pour reproduire une situation d'exposition d'une population vivant autour d'une installation du cycle du combustible. Le césium-137 et le strontium-90 sont également étudiés afin d’évaluer les effets d’une exposition chronique dans le cas d’une situation post-accidentelle. Ces différentes situations d'exposition et radionucléides pris en compte dans le programme ENVIRHOM-Santé sont représentés dans la partie gauche de la figure ci-dessus.

______________________________________________

Liens et références

(1) Les médecins appellent faibles doses des expositions inférieures à une centaine de millisieverts  (mSv) et très faibles doses des expositions de quelques mSv, comparables à celles auxquelles sont naturellement soumis les êtres vivants.

Fermer

Envoyer à un ami

Les coordonnées que vous indiquez dans cette page sont à usage unique et ne sont pas conservées.

Emails de vos destinataires :  

Signez avec votre nom :  

Précisez votre adresse email :   

Joindre un message :

Souhaitez-vous recevoir une copie de ce mail ?

Envoyer

Annuler